Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

Didier Porte se demande si Finkielkraut mérite autant qu’on s’intéresse à lui Abonnés

1

Le

De retour de mon stage d’acclimatation à la maison de retraite le « Chrysanthème jovial », réservé aux artistes de gauche dans la débine, je m’imaginais que, pendant mon absence, le niveau du grand débat général sur le thème « doit-on débattre de tous les sujets de débat qui nous tombent sur le micro ? » avait baissé d’un cran.

Que non pas, malheureux ! En entendant l’académicien proférer des insanités sur le viol d’un adolescent par son beau-père qui aurait pu le devenir (académicien), j’ai compris que rien ne changerait, non, jamais. Pour en débattre, c’est ici. Si vous avez déjà donné, je vous recommande plutôt le sujet de Dillah Teibi consacré à la ville du futur. Qui se trouvera où ? Je vous le demande… En Arabie saoudite ! J’ai perçu dans le sujet une certaine ironie qui pourrait valoir à Dillah, s’il était Saoudien, de se voir découper en tranches fines… Enfin, notre employé de la semaine, Jonathan Duong, profite de la diffusion sur France 5 d’un excellent docu consacré à Charlie Chaplin pour déclarer sa flamme pour le célèbre génie britannique.

Bon visionnage.

Didier Porte

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

revue de presse : Didier Porte
journalistes : Jonathan Duong et Dillah Teibi
montage : Amélie Brunet
son : Jules Krot

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

- Yves Jeuland, Charlie Chaplin, le génie de la liberté, 2h26, 2020

- BONUS de « l’employé de la semaine » : vous pouvez revoir en entier le premier long-métrage de Charlie Chaplin, The Kid, 1921, 53 min :

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tranches de France : la nouvelle série de Rencontres de Sophie en dix épisodes Et vous, si vous étiez maire, vous feriez quoi ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

C’était il y a des siècles, au début de mars dernier, dans le monde d’avant. C’est là où nous retournons aujourd’hui avec Sophie pour les élections municipales avec une question : et vous, si vous étiez maire, vous feriez quoi ? La Covid est arrivée et nous a fait taire, mais la question est restée et les réponses surtout. Les voilà. Et voilà une nouvelle série de croquis sonores dont Sophie a le secret. Si différents, si proches, si surprenants souvent, modestes et géniaux toujours. Une série de dix podcasts de Sophie Simonot.

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.