Vendredi 24 août à 20h55 sur ARTE, « Mélancolie ouvrière » de Gérard Mordillat

Lucie Baud, pionnière du syndicalisme Abonnés

1

Le

Vous connaissez l’histoire de Lucie Baud ? Non ? Nous non plus à Là-bas si j’y suis, avant d’avoir vu le film de Mordillat, Mélancolie ouvrière. Au début du XXème siècle, Lucie Baud était ouvrière du textile dans le Dauphiné. Fondatrice du Syndicat des ouvriers et ouvrières en soierie du canton de Vizille, elle a mené plusieurs grèves dans les filatures de la région, contre les conditions de travail épouvantables qu’endurent alors les ouvrières : embauche à douze ans, journées d’au moins douze heures, salaire aux pièces, violences sexuelles…

Lucie Baud est une des premières figures féminines, méconnue, du syndicalisme français. Elle fait partie des innombrables ouvriers et ouvrières qui menèrent la grande lutte pour la journée de huit heures, dont l’aboutissement aura lieu, après des décennies de combat du mouvement ouvrier, en 1919.

C’est l’historienne Michelle Perrot qui a retracé la vie de la militante dans un livre, Mélancolie ouvrière, reconstituée à partir d’un témoignage rare, un article rédigé par Lucie Baud elle-même et paru en 1908 dans la revue Le mouvement socialiste. Gérard Mordillat en a fait un film, avec plein de chants de lutte comme Le Temps des cerises, La Semaine sanglante ou L’Internationale, et avec plein d’acteurs comme Virginie Ledoyen, Philippe Torreton, François Cluzet ou encore François Morel… à voir vendredi soir sur ARTE !

Mélancolie ouvrière, un film de Gérard Mordillat à voir vendredi 24 août à 20h55 sur ARTE, et en DVD chez Les Mutins de Pangée.

La bande-annonce de Mélancolie ouvrière :

Mélancolie ouvrière de Gérard Mordillat (B.A.)
par lesmutins.org

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »