La nouvelle chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux

À qui profite l’A45 ? Abonnés

1

Le

Chouette ! Une nouvelle autoroute prévue entre Lyon et Saint-Étienne ! Bon, il faut sacrifier 500 hectares de terres agricoles et naturelles, sans parler d’autres petites nuisances, mais ça va rapporter gros. À qui ? Euh…

Été, vacances, bouchons… Cette année encore, Bison Futé a vu rouge. Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, on nous promet aujourd’hui de raccourcir les temps de trajet. Une nouvelle autoroute est prévue entre Lyon et Saint-Étienne. Problème : elle ira en fait plus précisément de la Fouillouse à Brignais – sacrifiant au passage 500 hectares de terres agricoles et naturelles. Donc, sur les 35 minutes de trajet annoncées, vous pouvez déjà ajouter 40 minutes pour les bouchons à l’entrée et à la sortie, à Lyon et Saint-Étienne.

Et puis, c’est curieux quand même cette nouvelle autoroute payante, l’A45, alors qu’il en existe déjà une, gratuite… alors est-ce réellement pour nous permettre d’aller plus vite d’une ville à l’autre, ou juste un moyen de remplir de nouveau les poches du privé, alors que les péages ont augmenté de 20 % ces dix dernières années ?

Quand on entend dans le même projet parler de Vinci et de Laurent Wauquiez, on se méfie. On parle là de 845 millions d’euros d’argent public – ce qui, sur 48 km, fait tout de même 17 millions d’euros le kilomètre –, assortis d’une mystérieuse « clause de déchéance » pour Vinci. Vinci, dont le PDG Xavier Huillard touche 4,3 millions d’euros de revenus annuels, ce qui nous fait la bagatelle de 11 780 euros par jour. Plus de huit SMIC mensuels par jour pour Monsieur « l’argent-ne-suffit-pas-au-bonheur ».

Mauvaise nouvelle cependant pour Vinci : après les zadistes de Notre-Dame-Des-Landes, voilà que les opposants à l’A45 s’y mettent aussi. Ils ont manifesté leur refus de cette A45 en juillet à Saint-Maurice-sur-Dargoire, et ils sont nombreux : des paysans, des naturalistes, 34 associations, des propriétaires expropriés, des communes, des élus, et même des élus de droite… Mais où va-t-on ? Bref, cette autoroute, ce n’est pas à nous qu’elle va profiter.

De l’argent public, des terres agricoles, du béton et des automobilistes caressés dans le sens du poil : rouler, mais à quel prix ? À qui profite l’A45 ? Premier numéro du « Fond de l’air est vert », la nouvelle chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »