Un hommage de la danse à Là-bas si j’y suis

Vieillir s’écrit avec deux ailes

Le

C’est comme le noyau de cerise, s’il tombe dans la terre propice, il arrive qu’il devienne un cerisier plein de cerises. Ainsi, des noyaux de Là-bas sont devenus des livres, des films, des pièces de théâtre, des chansons, et même des chorégraphies. Hier, une auditrice nous a adressés deux vidéos avec une lettre.

Monsieur Mermet,

Je suis professeur de danse contemporaine. Je n’oserai dire chorégraphe, j’ai toujours eu peur de ne pas être à la hauteur d’un titre. Mais la pédagogie, c’est mon truc. J’aime transmettre.
Transmettre à travers la danse, des valeurs et ce en quoi je crois, et un peu de culture.

Je suis une amoureuse de musique, toutes les musiques, electro, classique, du monde, métissées, tant qu’elles ont de la profondeur, et des mots. A l’heure où la danse contemporaine s’est détachée de ses supports musicaux (musiques stridantes, silences...) et de tout sens, de tout propos, moi, je n’ai eu de cesse d’éprouver le besoin de danser les mots et de laisser les corps exprimer la puissance des rythmes, la volupté des voix, le mouvements des instrumentations.

Combien de fois, j’ai eu envie de danser ce que j’entendais à 15h. Toutes ces voix et leur authenticité, leurs rages, leurs peurs, leurs accents, leurs silences m’inspiraient.

Mais voilà, je ne suis qu’une "prof de danse" avec beaucoup d’illusions, qui ne sait pas compter, qu’on pourrait considérer comme un peu gaucho ? communiste ? En tout cas, je sais que l’Humain me touche plus que tout. Donc voilà, j’apporte des toutes petites pierres aux élèves qui me côtoient sans en dire trop.
Cette année, j’ai travaillé un an sur votre voix, une introduction d’une de vos émissions pour un concours. Vous pourrez voir ce que ça donne d’avoir une voix qui fait danser...Sur la vieillesse.

Un an auparavant, j’ai monté une autre pièce dont le premier support sonore m’est venu d’un extrait d’une de vos émissions, un entretien avec un travailleur à la chaîne et ses maux de corps. La danse ne rend rien en vidéo. Les émotions ne transparaissent pas, mais bon...Et celle que je viens de commencer sur le recrutement sort de nouveau de votre sélection musicale.

Dans les concours de danse contemporaine, mon travail plaît jusqu’au point où l’on me conseille de retirer le texte...Trop de narration ! Trop de sens ! Trop de sens à l’heure où les comédies musicales nous font étouffer sous des refrains de sentiments visqueux et grossiers. Il n’en est pas question ! Sans ces mots, sans leur sens, ma danse ne répond à rien. Alors je continue. Mais mon (petit) public (1000 personnes) aime, ça lui parle, ça le touche, ça l’émeut.

A l’heure, où ma source s’est éteinte, je me suis dit que vous et votre équipe aimeriez peut-être savoir qu’il y a des petits qui sont nés suite à vos créations sonores.

Je ne suis certainement pas à la hauteur de ce que vous êtes, de ce que vous représentez en matière de résistance mais je me lance.

Juste un grand merci.

Sarah

Ré-écouter "Les Vieux" 18 novembre 2009

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Le repaire d’Annecy-Meythet LE CHE vous propose un débat avec Mino FAÏTA, historien, habitant vers Cluses, auteur d’ouvrages sur la Grande Guerre. Le thème sera : Fusillés de la Grande Guerre, morts pour et par la France, une page jamais fermée... Avant ce débat, nous diffuserons grâce à nos amis du (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »