Un hommage de la danse à Là-bas si j’y suis

Vieillir s’écrit avec deux ailes

Le

C’est comme le noyau de cerise, s’il tombe dans la terre propice, il arrive qu’il devienne un cerisier plein de cerises. Ainsi, des noyaux de Là-bas sont devenus des livres, des films, des pièces de théâtre, des chansons, et même des chorégraphies. Hier, une auditrice nous a adressés deux vidéos avec une lettre.

Monsieur Mermet,

Je suis professeur de danse contemporaine. Je n’oserai dire chorégraphe, j’ai toujours eu peur de ne pas être à la hauteur d’un titre. Mais la pédagogie, c’est mon truc. J’aime transmettre.
Transmettre à travers la danse, des valeurs et ce en quoi je crois, et un peu de culture.

Je suis une amoureuse de musique, toutes les musiques, electro, classique, du monde, métissées, tant qu’elles ont de la profondeur, et des mots. A l’heure où la danse contemporaine s’est détachée de ses supports musicaux (musiques stridantes, silences...) et de tout sens, de tout propos, moi, je n’ai eu de cesse d’éprouver le besoin de danser les mots et de laisser les corps exprimer la puissance des rythmes, la volupté des voix, le mouvements des instrumentations.

Combien de fois, j’ai eu envie de danser ce que j’entendais à 15h. Toutes ces voix et leur authenticité, leurs rages, leurs peurs, leurs accents, leurs silences m’inspiraient.

Mais voilà, je ne suis qu’une "prof de danse" avec beaucoup d’illusions, qui ne sait pas compter, qu’on pourrait considérer comme un peu gaucho ? communiste ? En tout cas, je sais que l’Humain me touche plus que tout. Donc voilà, j’apporte des toutes petites pierres aux élèves qui me côtoient sans en dire trop.
Cette année, j’ai travaillé un an sur votre voix, une introduction d’une de vos émissions pour un concours. Vous pourrez voir ce que ça donne d’avoir une voix qui fait danser...Sur la vieillesse.

Un an auparavant, j’ai monté une autre pièce dont le premier support sonore m’est venu d’un extrait d’une de vos émissions, un entretien avec un travailleur à la chaîne et ses maux de corps. La danse ne rend rien en vidéo. Les émotions ne transparaissent pas, mais bon...Et celle que je viens de commencer sur le recrutement sort de nouveau de votre sélection musicale.

Dans les concours de danse contemporaine, mon travail plaît jusqu’au point où l’on me conseille de retirer le texte...Trop de narration ! Trop de sens ! Trop de sens à l’heure où les comédies musicales nous font étouffer sous des refrains de sentiments visqueux et grossiers. Il n’en est pas question ! Sans ces mots, sans leur sens, ma danse ne répond à rien. Alors je continue. Mais mon (petit) public (1000 personnes) aime, ça lui parle, ça le touche, ça l’émeut.

A l’heure, où ma source s’est éteinte, je me suis dit que vous et votre équipe aimeriez peut-être savoir qu’il y a des petits qui sont nés suite à vos créations sonores.

Je ne suis certainement pas à la hauteur de ce que vous êtes, de ce que vous représentez en matière de résistance mais je me lance.

Juste un grand merci.

Sarah

Ré-écouter "Les Vieux" 18 novembre 2009

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.