A lire dans le Monde Diplo

"That’s life", la vie mode d’emploi

Le , par L’équipe de Là-bas

Mathieu Gallet, le PDG de Radio France, à Canal +, le 19 novembre 2014 : "That’s life"

L’équipe de Là-bas vous signale cet article paru sur le site du Monde Diplomatique.
"Attendre pour attaquer une personnalité publique qu’elle ne dispose plus des moyens de répondre : c’est à ce genre de bravoure qu’on reconnaît l’impertinence de Canal Plus et de son présentateur vedette Yann Barthès, animateur du « Petit journal »".

Le Monde Diplomatique, par Pierre Rimbert, samedi 22 novembre 2014

Le 19 novembre, l’émission promotionnelle reçoit Mathieu Gallet, président de Radio France et, le hasard faisant bien les choses, ancien cadre de la chaîne cryptée. Les sujets brûlants ne manquent pas : projet de loi gouvernemental visant à dynamiter les règles anticoncentration dans les médias, dérive élitiste de France Inter, une station toujours plus encline à célébrer le milieu parisien de l’art et de la culture aux dépens des problématiques économiques et sociales (lire « Rapprocher le micro de la fenêtre »), conditions litigieuses de la nomination de M. Gallet à la tête de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) en 2010, une entreprise placée sous la tutelle administrative du ministère de la culture et de la communication d’où sortait justement M. Gallet.

Mais Barthès choisit l’audace. Et, après avoir interrogé son invité sur son élection au titre d’homme de média le plus sexy de l’année par un magazine, il enchaîne sur un quiz consistant à reconnaître des grandes voix de la radio. Défilent alors celle de Patrick Cohen lançant la matinale de France Inter, puis celle du présentateur météo Joël Collado annonçant « un temps très ensoleillé, très agréable », aussitôt identifiées par leur patron. Mais au troisième extrait, il n’est plus question de badinages anodins. Un timbre bien connu des auditeurs de la station publique prononce les mots suivant, extraits de tout contexte : « Petit noyau d’ultra-sionistes français qui n’en finissent pas de s’exciter pour imposer, non sans succès, un véritable terrorisme intellectuel sur ce sujet. »

M. Gallet grimace à l’écoute de l’expression « ultra-sioniste » et botte en touche : « Je sèche ».

— « C’est Daniel Mermet, plastronne Barthès, voix mythique de France Inter depuis 1989 avec son émission “Là-bas si j’y suis”. Viré cet été. »

Le montage est astucieux, à l’instar des trucages et manipulations régulièrement déployés dans cette émission [1]. A entendre l’extrait qui se veut polémique, il ressort que le PDG de Radio France a écarté un animateur tenant des propos sulfureux. Plutôt que de devoir s’expliquer sur la suppression d’une des rares émissions de reportage international de la radio publique, l’ex-collègue de Barthès apparaît tout à son avantage.

— « That’s life » [« C’est la vie »], conclut M. Gallet à propos du licenciement de Mermet, comme s’il s’agissait non pas d’une décision politique mais d’un souffle divin.

— « That’s life », reprend Barthès, qui vogue déjà vers d’autres insignifiances.

Et l’on perçoit soudain dans cette communion entre les deux jeunes compères, l’un animateur de télévision privée, lui-même patron de son entreprise de production, l’autre PDG de la radio publique, nommé là comme pour monter une marche de plus sur l’escalier du succès, le précipité presque chimiquement pur du cynisme branché.

Grâces leur soient rendues : c’est à eux que l’on doit le discrédit croissant des médias dominants.

Pierre Rimbert

Lire l’article sur le site du Monde Diplomatique

Lire aussi :

Rapprocher le micro de la fenêtre

Les médias, gardiens de l’ordre social

Penser est un sport de combat

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Notes

[1Lire Mathias Reymond,« Les gros bidouillages du « Petit Journal » de Canal + », Acrimed, 27 février 2012.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Débat-repas avec le dessinateur de presse Jean-Denys Phillipe. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux (dont Le Monde, Le Monde Diplomatique, la Chronique d’Amnesty International, Marianne, Révolution, Regards, Force ouvrière Hebdo et la Nouvelle Vie Ouvrière…), il publie actuellement ses (...)

    Saint-Lô

  • La classe minoritaire nuisible, celle qui a voté par adhésion à Macron, avec sa philosophie d’open space va-t-elle nous permettre de sortir de notre conditionnement quotidien ?

    Nice

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »

LES RAVAGES DES OURAGANS MONTRENT L’URGENCE D’AGIR (débat) Climat : pour une rupture radicale ! AbonnésÉcouter

Le

Quel lien entre les ouragans et le réchauffement ? La question passe après émotions et séquences sensations. Pourtant, il y a urgence, on compte déjà 25 millions de réfugiés climatiques, le réchauffement entraîne des désertifications qui entraînent des déplacements de population qui entraînent des conflits armés. Pour nous éclairer : Clémence DUBOIS (350.org) et François GEMENNE, chercheur en géopolitique de l’environnement.

Chère, très chère évasion fiscale AbonnésÉcouter

Le , par jean-michel dumay

« Pour parler franchement, votre argent m'intéresse » (BNP, 1973) L’évasion fiscale représente un manque à gagner pour la France de 50 à 70 milliards d’euros par an. À peu près autant que ce que rapporte l’impôt sur les revenus des particuliers. Vertigineux !

Reportage auprès des « faucheurs de chaises », qui ont saisi l’occasion du procès Cahuzac, finalement reporté, pour le rappeler. Et retour sur la nuit où le député PS frondeur Pascal Cherki eut le sentiment, en décembre, d’être « pris pour un con » par « son » gouvernement.

Un reportage de Jean-Michel DUMAY.