AYA NE VEUT PLUS LAVER LA VAISSELLE ! Notre chanson de PIAF pour les JO

Quelle chanson de Piaf pour Aya Nakamura ?

Le

VULGARITÉ ! SACRILÈGE ! DÉMAGO !

L’article d’Olive Laporte « De quoi Aya Nakamura est-elle le nom ? » nous a valu une pluie de commentaires mais ça ne nous dit pas quelle chanson d’Édith Piaf sera interprétée par Aya Nakamura pour l’ouverture des JO 2024 ?

Aucune ! Pour pas mal d’entre vous.
La vie en Rose pour beaucoup, L’hymne à l’amour pour d’autres.

ET VOUS, ce serait laquelle ?

Nous, c’est Je ne veux plus laver la vaisselle !
Une chanson peu connue de la môme Piaf à ses débuts, écrite par elle-même.
C’est une de nos préférées, et on s’y connait ! (Rappelons qu’Édith Piaf a écrit beaucoup des chansons de son répertoire, 87 exactement, dont La vie en rose et L’hymne à l’amour !)

Au passage, à ceux qui trouveraient qu’il y a comme un poil de démagogie dans le personnage d’Aya Nakamura, rappelons qu’au sujet d’Édith Piaf (1 mètre 47) la presse de l’époque nous « informait » que sa grand-mère, ancienne montreuse de puces sauteuses, mettait du vin rouge dans le biberon de la petite fille qui a grandi dans une maison close.

À l’époque, le mépris du bourgeois moyen envers Édith Piaf n’était pas très différent de celui d’aujourd’hui envers Aya Nakamura. C’est à sa mort, à 48 ans en 1963, que Piaf fut béatifiée.

Souhaitons à Aya de ne pas attendre jusque-là. DjaDja !

L.B.

Je ne veux plus laver la vaisselle

Je ne veux plus laver la vaisselle
Je ne veux plus vider les poubelles
Trier le linge sale de l’hôtel
Brûler mes mains dans l’eau de javel
Car j’ai un amoureux
Amoureux
Nom de dieu !

Il mesure un mettre quatre-vingt
Ça en impose, cré nom d’un chien !
Tout le monde me dit que c’est un vaurien
Mais comme je suis une fille de rien
Ça les embête qu’on s’aime bien
Mais moi j’l’aime bien mon propre à rien

Je ne veux plus laver la vaisselle
Je ne veux plus vider les poubelles
Trier le linge sale de l’hôtel
Brûler mes mains dans l’eau de javel
Car j’ai un amoureux
Amoureux
Nom de Dieu !

Il a qu’e’qu’chose dans l’fond d’ses yeux
Un drôle de truc qui fait sérieux
J’ai l’impression que j’monte aux cieux
Et que je rencontre le bon Dieu
Alors j’y parle d’mon amoureux
Et y m’promet qu’on sera heureux

Je ne veux plus laver la vaisselle
Je ne veux plus vider les poubelles
Trier le linge sale de l’hôtel
Brûler mes mains dans l’eau d’Javel
Car j’ai un amoureux
Amoureux
Nom de Dieu !

Je ne veux plus curer les chaudrons
Servir à table, monter l’charbon
Ça sert à quoi d’être un souillon
Ça sert à rien, crénom de nom
Et puis il a des yeux marron
Et puis j’m’en fous, c’est mon démon

Je ne veux plus laver la vaisselle
Je ne veux plus vider les poubelles
Je veux qu’on m’appelle Mademoiselle
Je me couvrirai de dentelles
Pour mon amoureux
Amoureux
Nom de Dieu !

photomontage d’après : Pixiz / Lancôme / Edith Piaf le siècle d’or

Sur notre site

À lire

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.