PÉTITION : VIOLENCE DE LA POLICE, SOUTIEN À FARIDA C., INFIRMIÈRE EN LUTTE

Le

(photo : Boby)

Le mardi 16 juin dernier, vous avez vu la vidéo de l’arrestation violente d’une infirmière de 51 ans, Farida. Venue rappeler le gouvernement à ses promesses, et manifestant contre la casse de l’hôpital public, pour une hausse du salaire des soignants et une amélioration de leurs conditions de travail, le gouvernement a répondu par la force : la matraque et le gaz.

Prise dans la colère et l’indignation, la soignante a « riposté » du haut de son mètre 55, munie de trois petits cailloux contre des policiers en armure. Interpellée violemment par les forces de l’ordre alors qu’elle ne présentait aucune menace, elle souffre de plusieurs blessures, à la tête, aux bras, aux côtes, ayant entraîné 4 jours d’ITT (incapacité temporaire de travail). Les policiers, quant à eux, n’ont pas été blessés. Ils sont pourtant quatre à avoir porté plainte pour violences, outrage et rébellion. Le procès aura lieu le 25 septembre prochain.

Face à cette répression violente, ces images dures, ce mépris révoltant, nous nous en remettons à vous pour aider Farida. Elle a déposé une plainte auprès de l’inspection générale de la Police nationale pour « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ».

Avec cette pétition, vous signez pour que cette plainte ne tombe pas dans l’oubli. Avec cette pétition, nous lançons aussi un appel aux syndicats de soignants pour qu’ils soutiennent leur consœur dans l’épreuve qu’elle affronte, à l’heure où le mouvement social a tant besoin d’unité.

Enfin, avec cette pétition, c’est un soutien émotionnel que vous apportez à Farida et à l’ensemble du corps médical. Aussi bien dans leur lutte depuis un an, dans un conflit social contre cet adversaire mutique qu’est le gouvernement face à leurs revendications que pour leur récente bataille contre la COVID-19 où ils ont tous répondu présents.

Nous avons compté sur eux, montrons leur qu’ils peuvent compter sur nous.

Premiers signataires :

Benjamin AMAR, professeur d’histoire-géographie
Laurence DE COCK, historienne
Françoise FILOCHE, infirmière
Gérard FILOCHE, ancien inspecteur du travail
André GRIMALDI, professeur émérite de diabétologie à La Pitié-Salpêtrière
Mathilde LARRÈRE, historienne
Corinne MASIERO, comédienne
Imen MELLAZ, journaliste, fille de Farida C.
Olivier MILLERON, médecin
Gérard MORDILLAT, cinéaste et romancier
Patrick PELLOUX, médecin

Signez la pétition

Identifiants personnels

Un message, un commentaire ?

6327 Signatures

Date Nom Message
11 juillet HEFAD Saïd Nous sommes revenus malheureusement aux heures les plus sombres de notre histoire. La police, qui se doit d'être et que l'on dit police républicaine, utilise des moyens répressifs à l'image de ceux employés par les SS, pour humilier les populations les plus précaires ainsi que tous les militants qui se battent pour la justice sociale.
11 juillet Eric YEBDRI ou sont toutes celles et ceux qui applaudissez depuis leur balcon les personnels soignants ??? .... dans la rue avec Farida ?... ou au centre commarcial ???????,, cherchez l'erreur !
11 juillet paillot
11 juillet GALLIFET Bernard
11 juillet lecoq
11 juillet Benoît Godin Farida n'a fait que réagir aux incessantes provocations policières. Que faisaient des "Robocop" suréquipés sur le parcours d'une manifestation de soignant-es ? Nous n'avons pas à accepter cette omniprésence hostile des forces de l'ordre, notamment lorsque nous exerçons notre droit démocratique à manifester. Soutien et respect à Farida et à toutes celles et ceux qui luttent pour l'hôpital public !
11 juillet Oliveros véronique On attend toujours le geste de fort du gouvernement envers l’hôpital et les hospitaliers: des moyens pour travailler, une revalorisation des carrières et des salaires dans le but de maintenir dans le service public les personnel formés par l'Etat et dévoués au service public. La crise du Covid a montré que l'hôpital est indispensable à notre société, que le fragiliser fragilise la population et l'économie entières. Donc augmentation des cotisations sociales pour financer l'hôpital et les soignants et reprise de la gouvernance de la sécurité sociale et de la santé par les salariés qui la financent. Création d'un pôle public du médicament. Relocalisation des productions nécessaires à la santé (médicaments, respirateurs, masques, blouses, charlottes, le BA BA)
11 juillet sophie J'étais à cette manifestation, quand j'ai voulu en sortir impossible," veuillez remonter en sens inverse 2 pâtés de maison""veuillez aller en fin de manif vers les quais""il faudrait accorder vos violons..."je remonte seule solution en plein covid, seule sortie, la bouche de métro, un policier film les entrées au métro.avec ce monde je ne veux pas prendre le métro je circule en vélib, de cordons en cordons des refus de laisser passer. J'étais venue manifester, calmement, en soutien aux infirmiers, à la santé, NOS SAUVEURS!!!!!soit disant! Je suis sortie de la manif excédée, en colère, si mon amie ne m'avait pas calmée, j'aurai pu déraper sauf que moi, je n'étais pas épuisée comme FARIDA. Honte à ceux qui nous gouverne, honte à ces policiers qui ternissent l'image de notre police.Je m'interroge comment ce fait-il qu'il y ait de plus en plus de brebis galeuses dans ce corps!Tout cela me déprime. La violence amène la violence,violence des actes, violences des mots. C'est comme s'ils voulaient vraiment une révolution sanglante!En tout cas tout cela m'effraie.
11 juillet Morais-Abreu Ensemble
11 juillet dabadie tiens bon Farida!
11 juillet Fraïssé Alain
11 juillet Chikh Farida Bon courage nous sommes à tes côtés et celui de tous les soignants à travers toi
11 juillet ZAMBGIL ya un moment que ces agissements policiers sur ordre commencent a bien faire, et plus que trop même !!! ( colère ici ) soutien total et inconditionnel a Farida, ses collègues, et aux personnels hospitaliers qui refusent d' être des héros médaillés, mais des professionnels du soin, courageux, motivés, responsables, dévoués, dignes ; pour assurer des métiers nobles " prendre soin des autres " quiconque les maltraite se rabaisse , messieurs dames de la Polie aux ordres de vos Maitres de pacotilles, reflechissez y.
11 juillet Romain Vuattoux
11 juillet Bizien

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

https://www.youtube.com/watch?v=AfTBRafr82U

Sur notre site

À voir

  • Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement !

    FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libre

    Voir
    Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »