LA FIN D’UNE ANOMALIE

LES SYNDICATS SOUTIENNENT LA-BAS !

Le

La direction de France Inter comptait sur l’été pour faire passer LA-BAS sous silence. Mais au contraire, ON NE LACHE RIEN ! Plus de 170 000 signatures en quatre semaines (29 juin-30 juillet), des milliers de messages partout, de tous bords, y compris le soutien des grands syndicats. Après le soutien du SNJ (Syndicat National des Journalistes) et de SUD, voici le communiqué de la CGT.

Là-bas, ils n’y sont plus...

« Là-bas si j’y suis » était une émission emblématique de France Inter. Un espace d’expression unique en son genre dans le paysage médiatique, qui avait conservé un auditorat nombreux et fidèle, malgré les changements d’horaires successifs imposés par la direction. Un rendez-vous quotidien où les auditeurs-trices pouvaient entendre des interlocuteurs-trices et des idées qu’on entend trop peu ailleurs dans les médias grand public. Des interlocuteurs-trices et des idées politiquement incorrectes, en rupture avec la pensée dominante.

Daniel Mermet, le producteur de « Là-bas si j’y suis », qui incarnait ce programme à l’antenne était depuis de nombreuses années une des « voix » de France Inter.
Quelles que soient les critiques, parfois légitimes, qui ont pu être émises sur l’émission et son fonctionnement, elles ne justifient en rien la brutalité avec laquelle ce programme a été supprimé et son producteur évincé. Tout semble avoir été fait pour qu’il ne puisse même pas annoncer à celles et ceux qui l’écoutent quotidiennement la fin de son émission, après de si nombreuses années d’existence. C’est de la part de la direction un manque de respect pour toute l’équipe, c’est un manque de respect pour les auditeurs-trices de France Inter.

Seule une partie de l’équipe de « Là-bas si j’y suis » produira à la rentrée une émission de reportage hebdomadaire d’une heure. On apprend que deux des membres de l’équipe se retrouvent sans travail et c’est inacceptable. La CGT exige que l’ensemble de l’équipe poursuive son travail de production dans l’esprit qui est le sien depuis des années et qui fait sa popularité.

La nouvelle émission pourra-t-elle conserver le même esprit frondeur ? La direction de France Inter laissera-t-elle la même liberté à l’équipe ? Déjà, réduire l’émission à une heure et la positionner le samedi à 15h00, heure de faible écoute, n’est-ce pas une manière détournée et un prétexte tout trouvé pour la supprimer l’an prochain ?
Nous ne sommes pas dupes : au-delà de tous les arguments qui seront invoqués pour justifier l’éviction de Daniel Mermet et de son émission, nous voyons bien que l’espace d’expression libre qu’elle représentait est peu à peu réduit à la portion congrue, comme si la direction souhaitait, à terme, le faire disparaître. La CGT considère qu’il est pourtant du devoir du service public d’offrir à un auditoire le plus large possible des programmes tels que « Là-bas si j’y suis », à l’écoute de l’autre, qui contribuent au débat démocratique et qui ne trouveront jamais leur place sur les antennes des grands médias privés.

Paris, le 21 juillet 2014

SNRT-CGT de RADIO FRANCE ✉ 116, avenue Kennedy 75220 PARIS CEDEX 16 
Site Internet : http:\www.cgt-radiofrance.org

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.