Le Cannibale de Rouen va-t-il rattraper le Pendu de Bagdad ?

Le

Chers amis,
Chers AMG !

Le Cannibale de Rouen va-t-il rattraper le Pendu de Bagdad ?

Dans la grande caravane médiatique, le suspens est à son comble. D’autant que ces deux échappés ont pris une avance fulgurante sur le peloton où les deux favoris, Sarkolène et Ségozy, dans leurs maillots rose et bleu, pédalent sans réussir à réduire l’écart.

Petites phrases et grandes promesses, rien à faire ; sur leurs estrades en plein vent, ils gesticulent comme des camelots sans public.

La foule est ailleurs, bouche ouverte, devant la grosse ficelle passée au cou du Diable de Bagdad, mis à mort lors de la fête du mouton, la plus grande fête du calendrier musulman. Combien de millions de fois par combien de millions d’yeux au total la scène sera vue et revue sur toutes les facettes de l’œil de mouche planétaire ?

Mais comme disait Brassens, « Nous au village aussi, l’on a de beaux assassinats ». Ainsi, mercredi, à la Maison d’Arrêt de Rouen, un détenu confiait avoir dévoré le cœur de son compagnon de cellule. « La poitrine entaillée à l’aide d’une paire de ciseaux, précisait la presse, après l’avoir étouffé à l’aide d’un sac poubelle ». Quant au troisième détenu présent, « assommé de médicaments, il n’a pas participé »  [1] Avec de tels mots, pas besoin d’images ni d’Internet pour que le cannibale de Rouen, le régional de l’étape en somme, arrive bien placé en tête de toutes les conversations ce dimanche autour de la galette des rois !

Et oui, l’horreur est humaine et le peuple dominé par ses bas instincts reste inaccessible à la voix désintéressée de ceux qui veulent son bien et qui consacrent leur existence aux grands idéaux portés par le fleuve impétueux de l’Histoire.

Ainsi est-ce dans une presque totale indifférence qu’on apprenait le 22 décembre le ralliement de Bernard Kouchner à Nicolas Sarkozy et dans une indifférence encore plus grande que le même Kouchner dans le même quotidien, faisait savoir quelques jours plus tard, que c’était même pas vrai, « Je demeure de gauche et ma préférence va à Ségolène Royale » [2]

Le vent qui fait tourner les girouettes n’effleure même plus l’oreille des veaux.

Et tout ça ne nous donne pas le résultat des courses !

Mais comme dit Sally Mara…

La-bas, le 7 janvier 2007

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Selon l’ASPM (Association des secteurs de Psychiatrie en milieu pénitentiaire), en 2000, 40% des entrants présentent des troubles ou des maladies psychiatriques avérées.

[2Le Parisien, 2 janvier 2007

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La violence d’un capitalisme en déroute CHILI, LE NÉOLIBÉRALISME À L’AGONIE FAIT TIRER DANS LE TAS AbonnésVoir

Le

Lundi 14 octobre, à Santiago du Chili, des étudiants protestent contre l’augmentation du prix du ticket de métro. Une augmentation de 3% qui peut sembler dérisoire, c’est 30 pesos chiliens, soit 3,7 centimes d’euros. Mais c’est la goutte d’eau, le peuple se révolte, et le président fait tirer dans le tas. 18 morts, à l’heure où nous écrivons.

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.