Le Cannibale de Rouen va-t-il rattraper le Pendu de Bagdad ?

Le

Chers amis,
Chers AMG !

Le Cannibale de Rouen va-t-il rattraper le Pendu de Bagdad ?

Dans la grande caravane médiatique, le suspens est à son comble. D’autant que ces deux échappés ont pris une avance fulgurante sur le peloton où les deux favoris, Sarkolène et Ségozy, dans leurs maillots rose et bleu, pédalent sans réussir à réduire l’écart.

Petites phrases et grandes promesses, rien à faire ; sur leurs estrades en plein vent, ils gesticulent comme des camelots sans public.

La foule est ailleurs, bouche ouverte, devant la grosse ficelle passée au cou du Diable de Bagdad, mis à mort lors de la fête du mouton, la plus grande fête du calendrier musulman. Combien de millions de fois par combien de millions d’yeux au total la scène sera vue et revue sur toutes les facettes de l’œil de mouche planétaire ?

Mais comme disait Brassens, « Nous au village aussi, l’on a de beaux assassinats ». Ainsi, mercredi, à la Maison d’Arrêt de Rouen, un détenu confiait avoir dévoré le cœur de son compagnon de cellule. « La poitrine entaillée à l’aide d’une paire de ciseaux, précisait la presse, après l’avoir étouffé à l’aide d’un sac poubelle ». Quant au troisième détenu présent, « assommé de médicaments, il n’a pas participé »  [1] Avec de tels mots, pas besoin d’images ni d’Internet pour que le cannibale de Rouen, le régional de l’étape en somme, arrive bien placé en tête de toutes les conversations ce dimanche autour de la galette des rois !

Et oui, l’horreur est humaine et le peuple dominé par ses bas instincts reste inaccessible à la voix désintéressée de ceux qui veulent son bien et qui consacrent leur existence aux grands idéaux portés par le fleuve impétueux de l’Histoire.

Ainsi est-ce dans une presque totale indifférence qu’on apprenait le 22 décembre le ralliement de Bernard Kouchner à Nicolas Sarkozy et dans une indifférence encore plus grande que le même Kouchner dans le même quotidien, faisait savoir quelques jours plus tard, que c’était même pas vrai, « Je demeure de gauche et ma préférence va à Ségolène Royale » [2]

Le vent qui fait tourner les girouettes n’effleure même plus l’oreille des veaux.

Et tout ça ne nous donne pas le résultat des courses !

Mais comme dit Sally Mara…

La-bas, le 7 janvier 2007

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Notes

[1Selon l’ASPM (Association des secteurs de Psychiatrie en milieu pénitentiaire), en 2000, 40% des entrants présentent des troubles ou des maladies psychiatriques avérées.

[2Le Parisien, 2 janvier 2007

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.