Le Cannibale de Rouen va-t-il rattraper le Pendu de Bagdad ?

Le

Chers amis,
Chers AMG !

Le Cannibale de Rouen va-t-il rattraper le Pendu de Bagdad ?

Dans la grande caravane médiatique, le suspens est à son comble. D’autant que ces deux échappés ont pris une avance fulgurante sur le peloton où les deux favoris, Sarkolène et Ségozy, dans leurs maillots rose et bleu, pédalent sans réussir à réduire l’écart.

Petites phrases et grandes promesses, rien à faire ; sur leurs estrades en plein vent, ils gesticulent comme des camelots sans public.

La foule est ailleurs, bouche ouverte, devant la grosse ficelle passée au cou du Diable de Bagdad, mis à mort lors de la fête du mouton, la plus grande fête du calendrier musulman. Combien de millions de fois par combien de millions d’yeux au total la scène sera vue et revue sur toutes les facettes de l’œil de mouche planétaire ?

Mais comme disait Brassens, « Nous au village aussi, l’on a de beaux assassinats ». Ainsi, mercredi, à la Maison d’Arrêt de Rouen, un détenu confiait avoir dévoré le cœur de son compagnon de cellule. « La poitrine entaillée à l’aide d’une paire de ciseaux, précisait la presse, après l’avoir étouffé à l’aide d’un sac poubelle ». Quant au troisième détenu présent, « assommé de médicaments, il n’a pas participé »  [1] Avec de tels mots, pas besoin d’images ni d’Internet pour que le cannibale de Rouen, le régional de l’étape en somme, arrive bien placé en tête de toutes les conversations ce dimanche autour de la galette des rois !

Et oui, l’horreur est humaine et le peuple dominé par ses bas instincts reste inaccessible à la voix désintéressée de ceux qui veulent son bien et qui consacrent leur existence aux grands idéaux portés par le fleuve impétueux de l’Histoire.

Ainsi est-ce dans une presque totale indifférence qu’on apprenait le 22 décembre le ralliement de Bernard Kouchner à Nicolas Sarkozy et dans une indifférence encore plus grande que le même Kouchner dans le même quotidien, faisait savoir quelques jours plus tard, que c’était même pas vrai, « Je demeure de gauche et ma préférence va à Ségolène Royale » [2]

Le vent qui fait tourner les girouettes n’effleure même plus l’oreille des veaux.

Et tout ça ne nous donne pas le résultat des courses !

Mais comme dit Sally Mara…

La-bas, le 7 janvier 2007

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Notes

[1Selon l’ASPM (Association des secteurs de Psychiatrie en milieu pénitentiaire), en 2000, 40% des entrants présentent des troubles ou des maladies psychiatriques avérées.

[2Le Parisien, 2 janvier 2007

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire angevin répond à l’appel à solidarité lancé par tous ceux qui luttent en Grèce. Rendez-vous le mardi 03 octobre (bar Le Challenge, 19h30 comme d’hab’) avec Pascal Franchet, président du CADTM France. Toutes les infos ici : (...)

    Angers

  • Exceptionnellement, ce Café Repaire aura lieu au cinéma La Turbine (rue Chorus 74960 Cran-Gevrier), pour l’avant-première nationale du film Irrintzina : le cri de la génération climat. Nous avons invité pour débattre après le film Corinne Morel Darleux, conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes et (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

Dernières publis

Une sélection :

Un article de Chris Hedges (truthdig.com) Donald Trump est le visage de notre idiotie collective Lire

Le

Impopulaire, Donald Trump ? Oui, mais dans son propre électorat, sa cote reste forte, 85% en moyenne, et les Républicains ont la majorité au Congrès, à la Chambre des Représentants comme au Sénat. Pour le journaliste militant Chris HEDGES, nous refusons de voir l’effondrement qui vient. Donald J. TRUMP n’est pas la maladie, il est le symptôme. Nous vous proposons la traduction de son article publié sur Truthdig, « Le Règne des Idiots », qui fait penser au film formidable de Mike Judge, IDIOCRACY (2006).