Les comptes de LÀ-BAS 2015

LÀ-BAS ÇA VA BIEN, MERCI À TOUS !

Le

Rachid Mokrane a été notre premier abonné il y a deux ans à la Fête de l’Humanité. Nous y serons samedi et dimanche pour quatorze heures d’émission en direct (voir le programme). Une occasion de faire le point avec vous.

Quelques chiffres

Grâce au soutien des 13 500 premiers (pré)abonnés et aux 7 000 qui nous ont rejoints au cours de l’année 2015, Là-bas si j’y suis a pris en toute indépendance son envol sur internet.

Sans publicité, sans subvention, sans actionnaire, sans le moindre Bolloré ni le plus petit Drahi, l’Association Modeste et Géniale (AMG) a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 1 015 000 euros (uniquement dû à la vente des abonnements). Ce n’est qu’un début mais grâce à vous, c’est un beau début.

Aujourd’hui avec plus de 20 000 abonnés, l’audience moyenne est de 30 000 à 40 000 visites uniques par jour, et d’un million de visites en moyenne par mois. Grâce aux « abonnés solidaires », qui ont les moyens de participer davantage que le tarif de lancement, les amis aux revenus modestes peuvent également s’abonner à LÀ-BAS.

Si vous voulez que nous écrasions bientôt TF1et BFM, abonnez-vous, abonnez vos voisins, votre entreprise, votre banquier. Si vous êtes très riche et très âgé, n’hésitez pas à nous coucher sur votre testament !

Qu’avons-nous fait de vos euros ?

L’équipe s’est constituée. En tout, ce sont 10 équivalents temps plein qui participent à LÀ-BAS (soit deux tiers des dépenses de la structure).

Nous nous sommes installés. À l’été 2015, nous avons emménagé dans nos locaux proches du bassin de la Villette à Paris : l’aménagement des bureaux, l’achat d’équipements de matériel de reportage son et vidéo, de diffusion en extérieur, et surtout la construction d’un studio d’enregistrement entièrement conçu par l’équipe, et dont nous ne sommes pas peu fiers, se sont élevés à 105 000 euros.

Les frais de fonctionnement de la structure ont représenté environ 15% des dépenses réalisées en 2015 (88 000 euros).

Compte de résultats 2015

Chiffre d’affaires
Souscription (année 2014) 373 000 €
Abonnement (année 2015) 642 000 €
TOTAL 1 015 000 €
Dépenses
Masse salariale 444 000 €
Frais de fonctionnement 88 000 €
Frais d’installation 105 000 €
Amortissements, provisions 8 000 €
TOTAL 645 000 €
Résultat d’exploitation370 000 €
Impôt sur les sociétés 120 000 €

Nos perspectives pour 2016

Avec un résultat d’exploitation de 370 000 euros, LÀ-BAS va pouvoir poursuivre son développement en 2016 : avec l’achat d’équipements audio et vidéo, le développement du site internet…

Les projets bouillonnent. Plusieurs chantiers sont actuellement en cours parmi lesquels la mise en place d’un flux radio qui permettra à RADIO LÀ-BAS d’émettre en continu.

Et le 7/9 NEUF ? Aujourd’hui, plus de 20 000 abonnés nous suivent. C’est bien mais pas assez pour faire vivre un 7/9 efficace. Nous estimons à 10 000 le nombre d’abonnés supplémentaires nécessaires pour renforcer l’équipe et mettre sur pied LA rédaction qui animera la matinale.

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.