Les comptes de LÀ-BAS 2015

LÀ-BAS ÇA VA BIEN, MERCI À TOUS !

Le

Rachid Mokrane a été notre premier abonné il y a deux ans à la Fête de l’Humanité. Nous y serons samedi et dimanche pour quatorze heures d’émission en direct (voir le programme). Une occasion de faire le point avec vous.

Quelques chiffres

Grâce au soutien des 13 500 premiers (pré)abonnés et aux 7 000 qui nous ont rejoints au cours de l’année 2015, Là-bas si j’y suis a pris en toute indépendance son envol sur internet.

Sans publicité, sans subvention, sans actionnaire, sans le moindre Bolloré ni le plus petit Drahi, l’Association Modeste et Géniale (AMG) a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 1 015 000 euros (uniquement dû à la vente des abonnements). Ce n’est qu’un début mais grâce à vous, c’est un beau début.

Aujourd’hui avec plus de 20 000 abonnés, l’audience moyenne est de 30 000 à 40 000 visites uniques par jour, et d’un million de visites en moyenne par mois. Grâce aux « abonnés solidaires », qui ont les moyens de participer davantage que le tarif de lancement, les amis aux revenus modestes peuvent également s’abonner à LÀ-BAS.

Si vous voulez que nous écrasions bientôt TF1et BFM, abonnez-vous, abonnez vos voisins, votre entreprise, votre banquier. Si vous êtes très riche et très âgé, n’hésitez pas à nous coucher sur votre testament !

Qu’avons-nous fait de vos euros ?

L’équipe s’est constituée. En tout, ce sont 10 équivalents temps plein qui participent à LÀ-BAS (soit deux tiers des dépenses de la structure).

Nous nous sommes installés. À l’été 2015, nous avons emménagé dans nos locaux proches du bassin de la Villette à Paris : l’aménagement des bureaux, l’achat d’équipements de matériel de reportage son et vidéo, de diffusion en extérieur, et surtout la construction d’un studio d’enregistrement entièrement conçu par l’équipe, et dont nous ne sommes pas peu fiers, se sont élevés à 105 000 euros.

Les frais de fonctionnement de la structure ont représenté environ 15% des dépenses réalisées en 2015 (88 000 euros).

Compte de résultats 2015

Chiffre d’affaires
Souscription (année 2014) 373 000 €
Abonnement (année 2015) 642 000 €
TOTAL 1 015 000 €
Dépenses
Masse salariale 444 000 €
Frais de fonctionnement 88 000 €
Frais d’installation 105 000 €
Amortissements, provisions 8 000 €
TOTAL 645 000 €
Résultat d’exploitation370 000 €
Impôt sur les sociétés 120 000 €

Nos perspectives pour 2016

Avec un résultat d’exploitation de 370 000 euros, LÀ-BAS va pouvoir poursuivre son développement en 2016 : avec l’achat d’équipements audio et vidéo, le développement du site internet…

Les projets bouillonnent. Plusieurs chantiers sont actuellement en cours parmi lesquels la mise en place d’un flux radio qui permettra à RADIO LÀ-BAS d’émettre en continu.

Et le 7/9 NEUF ? Aujourd’hui, plus de 20 000 abonnés nous suivent. C’est bien mais pas assez pour faire vivre un 7/9 efficace. Nous estimons à 10 000 le nombre d’abonnés supplémentaires nécessaires pour renforcer l’équipe et mettre sur pied LA rédaction qui animera la matinale.

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • La classe minoritaire nuisible, celle qui a voté par adhésion à Macron, avec sa philosophie d’open space va-t-elle nous permettre de sortir de notre conditionnement quotidien ?

    Nice

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Le repaire d’Annecy-Meythet LE CHE vous propose un débat avec Mino FAÏTA, historien, habitant vers Cluses, auteur d’ouvrages sur la Grande Guerre. Le thème sera : Fusillés de la Grande Guerre, morts pour et par la France, une page jamais fermée... Avant ce débat, nous diffuserons grâce à nos amis du (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »