L’église de chiffrologie

Le

Bienvenue à l’Eglise de Chiffrologie !
Comment faire monter la flèche ?
Que vous soyez rentier ou candidat c’est la question qui se pose.
Et qui s’est posée cette semaine à Radio France.

Chers amis ,
Chers A.M.G. ,

Imaginez.
Imaginez un grand média : presse, télé, radio ou web, peu importe ; un média qui serait totalement affranchi de la tyrannie des annonceurs, qui ne serait tributaire d’aucun actionnaire, qui n’appartiendrait à aucun groupe financier, bref, tout ce qui permettrait une véritable indépendance politique et éditoriale. Vous imaginez ça ?
Plus de laisse, plus de muselière, plus de dressage nécessaire. Un rêve impossible ? Pas tout à fait. Il y a eu des exemples dans le passé, aujourd’hui il y a encore une presse comme le Canard enchaîné, quelques radios encore libres, ou l’ internet investi par la dissidence. Autant d’ îlots salutaires mais des portions fort congrues face à l’hydre du PPA, le Parti de la Presse et de l’Argent !

Demandez aux journalistes de Libération suspendus au bon vouloir d’un banquier. Demandez à ceux de Politis, le combat qu’ils ont dû mener pour continuer leur combat. Demandez à des journalistes, non pas aux vedettes vues à la télé mais au tout venant, à l’infanterie. Ils vous diront les pressions sur leur plume, sur leur micro ou leur caméra. Ils vous diront le chiffre d’audience de la veille affiché chaque matin dans l’ascenseur . Beaucoup finissent par plier et se ranger. D’autres résistent tant qu’ils peuvent tout en rêvant de ce grand média financièrement indépendant.

Or ce média existe. C’est Radio France. Un Service public financé par le public. Près de treize millions d’auditeurs au total chaque jour. La plus grande entreprise culturelle d’Europe. Et que faisons- nous de cette chance unique ? Et de cet héritage ? Car c’en est un, rappelons-le. En pleine guerre sur un fameux cahier bleu, le CNR (Conseil National de la Résistance) consigne les projets de la Résistance concernant l’information et la radio , « Soustraire l’information aux puissances d’argent et aux hommes d’affaires qui arriveront dans les fourgons des armées de libération pour mettre la main sur notre radio ».

Ainsi naquît la Radiodiffusion Française, qui deviendra la RTF, puis l’ORTF, puis Radio France. De Londres et des maquis provient le souffle qui engendra notre radio d’Etat. Malgré le temps, les dérives, les comités d’écoute, la mainmise gouvernementale sur l’information, l’indépendance financière a été maintenue. L’esprit de la Résistance a résisté. Nous n’avons toujours pas le profit pour but . Et toujours pas de pub, (ou très peu et à la rigueur on pourrait s’en passer). N’oublions pas que les français sont plutôt publiphobes. L’absence de publicité est notre chance et notre meilleur atout. Mais n’oublions pas les raisons et le sens de cette indépendance.

Voilà où réside la différence que nous avons à préserver et à faire entendre. Une différence menacée en ces temps de privatisation généralisée mais d’abord menacée de l’intérieur, lorsque les sondages d’audience de Médiametrie deviennent la boussole, la sanction et l’unique pensée .

Chacun sait pourtant les conditions douteuses dans lesquelles ces chiffres sont élaborés. Les sondeurs eux-mêmes en reconnaissent le caractère hasardeux. Et pourtant nous voici assignés au dogme du chiffre.

Cinq fois par an, la publication des sondages est attendue comme le grand Oracle. Ou bien votre flèche monte ou bien votre flèche descend. Plus rien d’autres ne compte, la qualité, l’invention, la recherche, la controverse, la découverte, l’hésitation, le bénéfice du doute, tout ce qui fait l’ humus et l’ étoffe d’une culture et qui cherche à redonner un sens à une telle entreprise dans les turbulences du temps.

Plus aucune considération pour un fait pourtant constant dans l’ histoire humaine ; toutes les Lumières, toutes les grandes conquêtes de l’esprit, toutes les grandes émancipations collectives , apparaissent d’abord minoritaires et subversives. Dans les idées, comme dans l’art, comme dans la politique. Avec l’audimat, pas de Galilée, pas de Van Gogh, pas d’Einstein, même pas un Desproges. Et Proust, sa flèche elle monte ou elle descend ? C’est la seule question, « Comment faire monter la flèche ? »

On peut le comprendre pour les radios commerciales soumises à la loi de l’annonceur et du propriétaire. Les règles sont claires : des chiffres. Mais nous ? Nous on n’est pas obligés. Et pourtant l’Eglise de Chiffrologie partout étend son règne. A Radio France, devant un aréopage pénétré, les chiffres magiques sont projetés, interrogés et savamment interprétés selon des rites incantatoires empruntées aux antiques devins qui scrutaient le vol des oiseaux ou les entrailles des poulets et donnaient un avis qui miraculeusement, venaient confirmer les ordres toujours perspicaces de l’Empereur.

Certes, nous faisons de la radio pour être écouté par tous et une indication d’audience est un important paramètre Mais c’est devenu le seul, la seule et l’ unique augure. Aucun but collectif, aucun horizon, aucune réflexion sur le sens à donner aujourd’hui à ce Bien public, aucun autre sens que la flèche.

Faute d’imagination, faute d’ambition, faute de légitimité, faute de confiance dans la qualité et le talent des équipes, nous sommes comme un cheval libre qui, apeurés par les grands espaces, viendrait s’aligner sur les chevaux d’attelages et de traits.

L’inconvénient avec les rêves médiocres, c’est qu’ils sont les plus difficiles à réaliser. [1]

Mais comme dit Sally Mara….

Là-bas, le 21 novembre 2006

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Phrase attribuée à De Gaulle

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »