Daniel Mermet : “Les médiocres sont de retour dans la vallée fertile”

Le

Daniel Mermet (photo Christophe Abramowitz)

Nous relayons un article publié le 29/06/2014 dans LES INROCKS.
Vendredi matin Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France Inter, a annoncé l’arrêt de l’émission “Là-bas si j’y suis”, créée et présentée depuis 1989 par Daniel Mermet. Le taulier de l’émission dénonce “une décision politique”, guidée par “des attitudes de revanche personnelle”. Dans son collimateur, Frédéric Schlesinger, l’actuel directeur délégué aux antennes et aux programmes de Radio France, qui avait déplacé “Là-bas si j’y suis” de 17h à 15h en 2006, quand il était directeur délégué de France Inter. A cette époque il avait dû faire face à une pétition de soutien à l’émission qui avait recueilli 216 000 signatures.

Par Mathieu Dejean, journaliste aux Inrocks

Comment Laurence Bloch a-t-elle justifié auprès de vous l’arrêt de votre émission ?

Elle m’a indiqué cela ce matin (vendredi 27 juin, ndlr). Il y avait des rumeurs, des papiers qui étaient sortis, sans qu’elle ait pris soin de me prévenir, de me voir, ni de dialoguer avec moi en aucune façon. Il n’y a pas eu de confrontation, ni de négociation. La décision a été prise, m’a-t-elle dit, de suspendre l’émission et de suspendre aussi ma présence à l’antenne.

Vous a-t-elle expliqué pourquoi elle a pris cette décision ?

Oh mais oui ! Elle a avancé plusieurs arguments fallacieux, mais ça ne lui coûte rien de mentir : elle a tout pouvoir, et je n’en ai aucun. Il est par exemple fallacieux et mensonger de dire qu’il y a eu un tassement de l’audience sur la tranche horaire de Là-bas si j’y suis. Lorsque nous avons été placés sur cet horaire en 2006 – et tout le monde le sait bien à la radio, à commencer Frédéric Schlesinger (nouveau directeur délégué aux antennes et aux programmes de Radio France, qui était directeur de France Inter à l’époque, ndlr) -, l’audience de cette tranche était de 150 000 auditeurs. Aujourd’hui elle est à 450 000 auditeurs. Donc Là-bas si j’y suis a amené au moins 300 000 auditeurs à France Inter : c’est la plus grosse audience sur cette tranche dans l’histoire de la station. Je suis très au courant de cela. Il y a eu un léger tassement cette dernière année, parce qu’ils ont amputé eux-mêmes l’émission d’une heure le vendredi, et de dix minutes à la fin de chaque émission. Sa progression s’est faite malgré une marginalisation permanente, et un refus constant de la promouvoir sur l’antenne. Vous n’avez jamais entendu une promotion de Là-bas si j’y suis dans une journée de France Inter quand Laurence Bloch était à la direction de l’antenne (Laurence Bloch était directrice adjointe de France Inter depuis 2010, avant d’être nommée directrice en mai 2014, ndlr).

La direction de France Inter explique aussi qu’elle veut rajeunir la station.

C’est vrai que je vais avoir 72 ans cette année, mais je n’en ai pas honte du tout ! Faire du jeunisme ou de la gérontophobie est tout à fait honteux. Est-ce que Radio France va faire de la gérontophobie avec Edgar Morin ou Ken Loach ? C’est absolument dégueulasse de dire qu’il faut virer les vieux pour les remplacer par des jeunes. Ce n’est pas parce que les journalistes sont jeunes que le public se rajeunit. Aujourd’hui Noam Chomsky est lu en terminal. Cet argument ne marche pas. Il n’y a pas eu de vieillissement de cette émission, car elle est nourrie par l’actualité, par l’air du temps. Leur point de vue n’est pas défendable. Que reste-t-il alors comme argument ? Il faut changer, il faut rajeunir, soit. Mais pourquoi faire disparaître une émission, alors qu’on aurait pu la mettre le week-end ? Il y a une volonté de la faire disparaître. C’est la réalité. Quand vous avez débusqué ces mensonges arrogants, il reste que c’est une décision politique. C’est une émission qui déplaît, à cause de sa ligne éditoriale, à l’actuelle direction de Radio France, tout simplement. En vertu peut-être – c’est plus compliqué – des attitudes de revanche personnelle qui peuvent dicter la conduite de cette direction.

Laurence Bloch vous a-t-elle proposé un retrait plus progressif, ou une autre émission, à vous et votre équipe ?

Elle nous fait vaguement miroiter des reportages pour l’été prochain, mais c’est très flou. C’est à voir. A priori c’est très douteux, il n’y a aucune confiance entre nous. Elle va recevoir l’équipe la semaine prochaine. Ils sont cinq à être au tapis : Giv Anquetil, 17 ans de Là-bas si j’y suis, Antoine Chao, 14 ans de Là-bas si j’y suis, Charlotte Perry, 6 ans, Gaylord Van Wymeersch et Anaëlle Verzaux, respectivement 3 ans et 2 ans. Ce sont tous de formidables journalistes de radio. J’avais dit et répété – et nous en sommes d’accord avec l’équipe – que j’étais favorable à une transition, c’est-à-dire que les plus expérimentés, Giv et Antoine, devaient prendre le relais. J’en avais parlé à Frédéric Schlesinger, qui disait que c’était une bonne idée, et l’équipe était d’accord pour se lancer dans l’aventure, s’approprier sur quelques mois l’édition, et vogue la galère ! Moi je continuerai à avoir une heure peut-être par semaine, c’était une transition qui permettait de garder l’image de Là-bas si j’y suis, de faire cela respectueusement vis-à-vis de gens qui ont passé leur vie entière à France Inter, ce qui est mon cas. Et non, c’est ce qu’ils ne veulent pas.

Pensez-vous accepter l’idée d’une émission composée de reportages l’été prochain ?

Non, je pense que c’est trop humiliant. C’est très difficile à accepter. Je pense qu’ils font une très grosse erreur humaine vis-à-vis de moi. C’est tout simplement une conduite que je peux qualifier d’inélégante : on ne traite pas des personnes qui ont passé trente-cinq ans de leur vie à France Inter, qui ont donné toute leur vie à la radio, de cette façon. Ce sont des gens brutaux, arrogants, et qui font une faute professionnelle lourde. Je pense qu’ils trahissent les potentialités de cette maison, et sa vocation d’être un haut lieu de l’éducation populaire. Ils se sont approprié cette maison, ses moyens, pour des horizons extrêmement étriqués et mesquins. Il y a une vraie lutte. Alors que tout se privatise, le service public n’a toujours pas de pub. C’est à pleurer de constater que ce potentiel est entre les mains de médiocres. En 2010, j’avais qualifié la direction de France Inter de médiocres dans une vallée fertile. Aujourd’hui les médiocres sont de retour dans la vallée fertile.

La direction de la radio affirme qu’elle a proposé une hebdomadaire aux membres de votre équipe. Est-ce suffisant ?

Cette rumeur circule. Moi je pense que c’est un contre-feu pour essayer de calmer la colère des auditeurs qui est en train de monter. Mais que feront-ils quand ils seront à cinq sur une heure d’émission ? Ils vont avoir cinq cacahuètes à se partager, alors que là ils avaient toute la place pour poursuivre. Et ce n’est qu’une vague promesse, ce n’est pas acté. Ils pourraient le faire très vite, cela pourrait être une issue, mais le mode de gestion de tout cela est détestable. Il faut souligner que si cette situation est possible, c’est à cause de la précarité dans laquelle nous sommes. Les personnels des programmes sont en CDD, c’est-à-dire qu’ils sont précaires, et la précarité mène à la docilité. Or docilité et journalisme ne devraient pas être des mots que l’on puisse associer. C’est un mode de gestion extrêmement commode de menacer de nous virer, ou de ne pas renouveler notre contrat à la fin du trimestre. On finit par s’écraser, et par traiter de sujets plus faciles.

Comment expliquez vous que l’émission ait traversée toute la période Sarkozy, avec Philippe Val, qui ne vous était pas favorable, à la tête de France Inter, et qu’aujourd’hui elle disparaisse, sous un gouvernement de gauche ?

Pendant la période Val-Hees, l’émission était très respectée par Jean-Luc Hees, parce qu’à la différence de la direction actuelle, Hees est un journaliste. Même s’il n’était pas d’accord avec la ligne éditoriale de l’émission, avec une certaine façon d’aborder les sujets, de les traiter, il la respectait beaucoup. Il appliquait le principe bien connu : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je ferai tout pour que vous puissiez le dire. Jean-Marie Cavada, dieu sait si nous ne sommes pas sur la même ligne éditoriale, mais quand il était président de Radio France il avait trouvé que cette émission était très bien, car nous étions les seuls à Radio France à l’avoir. Pour lui c’était une émission alter-mondialiste, il disait : “vous êtes très bien sur ce créneau là, sur cette ‘niche’ là, continuez”. C’est comme ça que cela se passait avec les journalistes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Quelle est la légitimité de cette petite oligarchie cooptée qui est aux commandes de l’audiovisuel public ? Il s’agit d’abus de pouvoir, ils n’ont pas de légitimité. C’est une affaire qui concerne 400 000 auditeurs. Il ne faut pas oublier que la radio leur appartient, c’est eux qui la financent. Or ils ne sont pas considérés dans les prises de position de la direction, pas plus que dans la nomination des personnels, puisque c’est le CSA qui décide.

Avant d’être nommée directrice de France Inter en mai 2014, Laurence Bloch était directrice adjointe depuis 2010. Quel était l’état de vos relations avec elle ?

Cela s’est très mal passé. Pour faire vite, nous n’avons pas du tout la même sensibilité politique, elle l’a manifesté à maintes reprises. On était par exemple très fiers d’avoir un entretien exclusif avec Julian Assange, qui était à l’ambassade de l’équateur à Londres, mais elle n’a jamais voulu que l’on fasse la promotion d’une émission comme celle-là. Je trouve normal, légitime et même nécessaire qu’une direction intervienne sur le fond, qu’on ait des discussions sur une ligne éditoriale, mais ils ne le font jamais, par manque de courage, de compétence ou d’envie. Ils préfèrent se séparer d’une émission plutôt que d’en discuter le contenu. Philippe Val le martelait : “faites de la culture, ne faites pas de la politique”. Il est vrai que Là-bas si j’y suis a une tonalité particulière, mais il ne faut pas être dans la caricature. Ce sont des émissions qui ont un regard critique sur les choses. Les messages laissés sur le répondeur ne sont pas tous univoques. C’est l’esprit critique et indépendant qui m’ont fait passer pour un bolchevik le couteau entre les dents. Il arrive que l’on ne soit pas neutres, mais à mon avis la neutralité est impossible : les auditeurs connaissent notre grille de lecture.

Mathieu Dejean

A lire aussi dans Les Inrocks

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • L’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes nous offre une possibilité inespérée : développer pleinement les initiatives qui ont fleuri dans ce bocage au cours des années de lutte pour le sauver du bitume ! Cette situation inédite est à l’origine de la création du fonds de dotation la terre (...)

Dernières publis

  • Lundi 21 janvier, c’était l’AN 04 de LÀ-BAS, comme chaque année au LIEU-DIT depuis 2015. Ah, pour une belle fête, c’était une belle fête… MERCI ! Accès libre

    -

    Lire

    Et mille excuses à celles et ceux qui n’ont pas pu entrer, on a repoussé les murs, on a viré les gros, on s’est serré jusqu’aux limites de la décence, mais rien à faire, et même, horreur, il n’y avait plus de bière ! Il a fallu courir en chercher chez les bistrots voisins. Mais consolation, les vidéos sont au montage et vous allez pouvoir très bientôt déguster cette soirée avec Juan BRANCO, Alexis CORBIÈRE et les musiciens Angelo DEBARRE, Marius APOSTOL, Raangy DEBARRE et William BRUNARD !

  • Attention quand les femmes s’en mêlent ! Un reportage à Brionne dans l’Eure Au rond-point des « braves », paroles de femmes en jaune Abonnés

    -

    Écouter

    Depuis le soulèvement de novembre, les faiseurs d’opinion ont été surpris par la présence de femmes nombreuses sur les ronds-points, mais beaucoup moins étonnés de l’absence presque totale de femmes lors des « Grands débats » de monsieur Macron. Mais qui sont ces femmes en jaune ? Quel genre de femmes, que veulent-elles ? À Brionne dans l’Eure, Anaëlle Verzaux est allée a leur rencontre.

  • Une série de reportages en dix épisodes Vous êtes seul, célibataire ? Là-bas vous aide à rencontrer quelqu’un ! [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Écouter

    Tout le monde ne se pose pas la question, mais beaucoup quand même : comment rencontrer quelqu’un ? Où choper un mec ? Où draguer une fille ? Dans la rue, dans un bar, au bureau ? Sur un site de rencontre, avec une application ? Pour une nuit, pour la vie ? Chacun ses trucs, mais au fait, comment font les autres ? Sophie Simonot est allée vous poser la question. Une série de reportages en dix épisodes, dans des milieux et des générations différentes, des réponses et des silences inattendus…

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’est pas une pipe Abonnés

    -

    Voir

    Dans ce 58ème numéro de la revue de presse d’investigation sans concession de Là-bas si j’y suis, la voix officielle du mermétisme canal habituel, il se confirme qu’on a un problème avec le président Macron. C’est toujours pour de mauvaises raisons qu’il nous épate. Là, par exemple, c’est parce qu’il a réussi à tenir presque sept heures de débat sans aller pisser une seule fois. Cela va-t-il suffire à nous convaincre de le réélire en 2022 ? Je crains pour lui que non. Faut pas déconner, non plus.

  • Vive les ronds-points ! Abonnés

    -

    Voir

    Si les « gilets jaunes » étaient un film, lequel serait-il ? Un film révolutionnaire sans doute, mais peut-être aussi un « film de bande » : l’un de ces films où un collectif improvisé va faire quelque chose dont il se croyait incapable, comme The Full Monty, Les Virtuoses, Les Champions ou Le Grand bain. Des films dont la matrice est peut-être La Belle équipe, avec Jean Gabin et Charles Vanel. Sorti en 1936, le film présentait à l’origine une fin jugée « pessimiste » par le producteur. Après avoir recueilli l’avis des premiers spectateurs, le producteur demanda au réalisateur Julien Duvivier de tourner une autre fin, censée être plus heureuse. C’est finalement avec cette deuxième fin que fut exploité le film. Avec les « gilets jaunes, », la fin de l’histoire reste encore à écrire…

  • Et si c’était eux ? L’acte IX des « gilets jaunes » avec les soigneurs de rue « Street medics » : penser le changement en changeant les pansements Abonnés

    -

    Écouter

    « Je n’ai jamais vu un policier ni un gendarme attaquer un manifestant ou un journaliste. »} La provocation du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’inscrit dans la violence du pouvoir face aux « gilets jaunes ». Un pouvoir qui n’a plus que le pouvoir de la force, ce que démontre l’échec de ses opérations de diversion et d’enfumage, malgré le soutien des grands médias et du beau monde des chemises blanches.

  • Les années de plomb. LA PAROLE TRAHIE. L’extradition de Paolo Persichetti (9 septembre 2002) CESARE BATTISTI, L’EXTRÊME DROITE IMPUNIE Accès libre

    -

    Écouter

    Après 37 ans de cavale, Cesare Battisti vient d’être arrêté et extradé vers la prison italienne où il va finir ses jours. C’est le « petit cadeau » offert par le nouveau président d’extrême droite brésilien Jair Bolsonaro à son ami le ministre de l’Intérieur d’extrême droite italien, Matteo Salvini. Importante, l’extrême droite, dans cette histoire qui remonte aux années 1970 : une longue histoire et une occasion de revenir sur les « années de plomb » en Italie, avec cette émission de 2002 avec Cesare Battisti.

    Cesare Battisti a été condamné par contumace en 1993 à la prison à vie en Italie pour des attentats liés aux années de plomb dans les années 1970, alors qu’il militait dans un groupe d’extrême gauche. De ces années violentes, on se souvient des Brigades rouges et des attentats de l’extrême gauche, mais on a oublié les attentats de l’extrême droite plus aveugles et plus meurtriers, et beaucoup moins réprimés alors que ce mouvement – parfois soutenu par les services de l’État italien – avait pour but de déstabiliser le pays pour favoriser un coup d’État.

  • Avec les Gilets jaunes de Commercy : du pouvoir d’achat au pouvoir d’agir ! Abonnés

    -

    Écouter

    Dans ce petit coin de la Meuse, dans la région Grand Est, des « gilets jaunes » ont érigé leur QG en plein centre-ville. Et comme ailleurs en France, ils ont construit une baraque de bric et de broc dans laquelle ils se retrouvent tous les jours. « C’est notre deuxième maison », dit l’un d’eux, « c’est même une deuxième famille », ajoute un autre. Dans cette maison de fortune, il s’agit au quotidien d’une fraternité retrouvée et de la réappropriation du politique.

  • Parlons de Julian Assange Abonnés

    -

    Lire

    Le vendredi 16 novembre 2018, un document judiciaire daté du mois d’août, jusque-là tenu secret, a été révélé par des procureurs américains, par erreur semble-t-il. Ce document signifie l’inculpation de Julian Assange aux États-Unis, pour espionnage.

    Le fondateur de WikiLeaks était déjà une cible désignée pour avoir publié des dizaines de milliers de documents diplomatiques et militaires américains, sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

    WikiLeaks est une organisation créée en 2006, utilisant des sites Internet extrêmement protégés où des lanceurs d’alertes peuvent déposer, en toute sécurité, des documents confidentiels. C’est ce qui s’est passé pendant des années, WikiLeaks révélant de nombreux scandales sur les agissements de puissances de guerres au nom de la démocratie. En avril 2010, Julian Assange y a publié une vidéo de l’armée américaine tournée en Irak et montrant le massacre de plusieurs civils, dont deux employés de Reuters, des tirs sur plusieurs enfants, sous les commentaires sarcastiques de soldats américains qui tiraient depuis un hélicoptère. Ces images ont été vues partout dans le monde et ont révélé au grand public la réalité des guerres modernes, qui n’ont rien de « chirurgicales » et « propres », comme l’ont toujours prétendu les gouvernants américains.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte enfile les gants Abonnés

    -

    Voir

    Pour sa première édition de l’année 2019, la revue de presse sarcastique de Là-bas si j’y suis ne manque pas de révélations saisissantes, ami abonné. Tu vas y découvrir, notamment, que la fille de Jeanne Calment, doyenne de l’humanité malheureusement disparue, fut une virtuose de l’optimisation fiscale ; que la boxe, c’est comme le vélo, ça ne se perd pas, même quand on ne pratique plus ; que Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, est une endive ; que le commandant de la police de Toulon se révèle être un humaniste éclairé qui sait parler aux Noirs sans défense, et surtout que toucher des dividendes sans rien foutre, c’est beaucoup plus rentable (et moins fatigant) que travailler. Avec ça, tu es paré pour la nouvelle année !

  • Gilles fait le Bouleau ! Accès libre

    -

    Voir

    Lundi 7 janvier, le Premier ministre Édouard Philippe était l’invité du journal de TF1, présenté par Gilles Bouleau, qui tenait absolument à savoir si le gouvernement allait « changer de méthode » contre les casseurs. Et Gilles a fait le boulot !

  • La chronique écosocialiste Et si, en 2019, on taxait les transports des riches ? Abonnés

    -

    Voir

    85 morts et plusieurs personnes toujours disparues. C’est le bilan de l’incendie le plus meurtrier de l’histoire de la Californie, qui a duré près de deux semaines, du 8 au 25 novembre 2018. 620 km2 ont été détruits par les flammes – soit l’équivalent de six fois la superficie de Paris –, dont une ville entière, la mal-nommée Paradise. L’année 2018 constitue un record absolu d’incendies en Californie, avec plus de 6 000 km2 détruits.

  • ON N’EST PAS QUE DES VALISES ! Les ouvrières virées de Samsonite montent sur les planches au festival d’Avignon Abonnés

    -

    Voir

    Par deux fois, les AMG ont solidairement soutenu les ouvrières en lutte de Samsonite pour leur permettre d’aller devant la justice américaine faire condamner l’entreprise responsable de leur licenciement. 15 000 euros en quatre jours en 2012, puis à nouveau 10 000 euros en 2014 leur permirent de s’envoler jusqu’à Boston. Aujourd’hui, elles continuent la lutte et racontent leur histoire elles-mêmes au théâtre, elles seront au festival d’Avignon du 6 au 28 juillet. Bien plus qu’une consolation, c’est une révolution pour ces ouvrières qui parlent d’elles-mêmes et des centaines de milliers de salariés brutalement jetés à la décharge depuis des décennies. Une violence qui ne restera pas toujours sans réponse. Les ouvrières préviennent : « ON IRA JUSQU’AU BOUT ! »

  • La reine d’Angleterre, une AMG parmi d’autres ! Stupéfiant : la reine Élisabeth copie Là-bas si j’y suis ! Accès libre

    -

    Lire

    Incroyable ! Le 28 décembre 2017, nous avons révélé la vérité sur le bras articulé que le pape François utilise pour bénir la foule depuis sa voiture. Aujourd’hui, on apprend dans Sud-Ouest, L’Express, Le Point ou encore sur RTL que la reine d’Angleterre (94 ans) dispose à son tour d’un bras artificiel ganté de blanc, qui peut s’agiter comme une main lorsqu’elle doit saluer la foule. Selon la princesse Anne, ce bras articulé lui a été offert par des étudiants australiens.

Une sélection :

Avec Sandrine Foulon du mensuel Alternatives économiques Prélèvement à la source : une réforme pour rien AbonnésÉcouter

Le

J-15 avant l’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Les entreprises, de la multinationale à la boulangerie, vont devenir collectrices d’impôts. Et gare aux bugs ! Sandrine Foulon, rédactrice en chef d’alternatives-economiques.fr et co-auteure de l’article « Prélèvement à la source : attention aux bugs » dans le numéro de décembre, nous explique tout sur le prélèvement à la source. Changement technique ou politique ? Comment anticiper la baisse du salaire net en janvier ? Et la justice fiscale, dans tout ça ?

Avec Charlotte Girard, de La France insoumise « Référendum d’initiative citoyenne » : révolution ou enfumage ? AbonnésVoir

Le

Depuis quelques jours, une idée émerge du mouvement des Gilets jaunes : le référendum d’initiative citoyenne, ou RIC. Enfumage ou révolution démocratique ? Les médias dominants ne parlent plus que de ça. Le référendum d’initiative citoyenne semble être plébiscité comme le remède miracle à la colère des Gilets jaunes. Exit les revendications de justice sociale, de justice fiscale ou d’augmentation des salaires, c’est la démocratie directe que les Gilets veulent.

Daniel Mermet La vérité sur les casseurs Accès libreLire

Le

Entre 10 heures du matin et 21 heures, 10 000 grenades ont été tirées dans Paris ce samedi 1er décembre. 900 à l’heure, 15 à la minute, une grenade toutes les 4 secondes contre les mauvais Gilets jaunes.

Les Gilets jaunes, il y a les bons et il y a les mauvais. Les mauvais, on les appelle des casseurs.

Mais qui sont ces casseurs ? Nous en connaissons un. Pas de masque, pas de cagoule, le casseur le plus violent, c’est lui, lui et le petit monde dont il est le fondé de pouvoir.

La France est choquée par cette explosion de violence et de vandalisme.

Mais ce n’est rien à côté de la violence des riches, à côte de la violence du président des riches.

Pas de masque, pas de cagoule, pas de gilet jaune, pas besoin de courir, ni de hurler, et leur violence ne date pas d’hier. Leur violence est admise, elle est si naturelle qu’on ne la remarque même plus, mais elle détruit beaucoup plus, depuis beaucoup plus longtemps. C’est d’abord cette violence-là que la lutte des Gilets jaunes a mise en évidence.