Mardi 9 octobre, une journée particulière...

Le , par L’équipe de Là-bas

Le matin, donc. Devant les grilles du Salon de l’auto, plus d’un millier d’ouvriers de l’industrie automobile - les "PSA" d’Aulnay, les "Ford" de Blanquefort, les "Renault" de Flins, les "General Motors" en Alsace, mais aussi les "Volkswagen" - font entendre leur voix et veulent entrer dans le Salon. En face d’eux, 200 à 300 CRS qui les neutralisent à coup de gaz lacrymo. En guise de réponse, les jets de pierre fusent. Le climat est plus que tendu. Inédit.

Pour mémoire, des salariés en colère s’étaient déjà massés devant les grilles du Salon de l’auto en 2008 sous le mot d’ordre "Tous au Mondial de l’Auto" puis en 2010 sous la bannière "Mondial de l’automobile : épisode II". Ils avaient pu y entrer, ce qui n’a pas été le cas cette fois-ci...

Refoulés, ils sont donc partis rejoindre les "Good Year", les "Fralib" et autres "Arcelor", dans le cortège de cette journée européenne contre les licenciements.

Une journée, en France, portée par la seule CGT. Selon la centrale syndicale, plus de 90.000 manifestants auraient répondu à cet appel à Paris et à Marseille, mais aussi à Rennes, Toulouse, Epinal, Belfort, Bordeaux, Lyon, Le Havre et Clermont-Ferrand. Avec pour mots d’ordre : la défense de l’industrie et de l’emploi ; la solidarité et les convergences des luttes avec les salariés grecs, portugais, espagnols...

Un reportage d’Anaëlle Verzaux, de Sarah Lefèvre, Gaylord Van Wymeersch et d’Antoine Chao.

Programmation musicale :

- La Molex, par Les Grandes bouches

- Tout le monde à l’usine, par Raymonde et les blancs becs

- Travailleurs, par Bruit qui court

Pour aider au financement du voyage des Samsonite aux USA contre les intérêts de la Bain Capital :

A.C. Samsonite

Présidente : Brigitte Petit
Secrétaire : Delphine Ogrodowicz
Trésorier : Bernard Daubenfild

Courriel : bernard.daubenfild@orange.fr

Tél. 06.30.27.96.46

L’association a pour but de défendre les salariés de l’entreprise Samsonite.

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.