La joie de servir

Le , par L’équipe de Là-bas

Majordome, gouvernante, servante, autant de figures qui évoquent le passé ou la littérature. Le couple maître et valet, tout comme le couple maîtresse (Madame) et sa suivante, sont les thèmes inépuisables où l’on guette l’instant ou le rapport s’inverse. Ce moment où le dominé prend le pas sur le dominant.

Dans son « Instruction aux domestiques », avec son humour grinçant, Jonathan Swift incitait les gens de maison à la révolte en sabotant leur travail.

C’est une autre « instruction aux domestiques » que nous vous proposons aujourd’hui, majordome, gouvernante, « plaît-il, Maître »...



Reportage Anaëlle Verzaux

— 

Programmation musicale :


- Hélène Delavault : "J’suis snob"

- Gilles (paroles et musqie) : "Les bonnes"

- Brigitte Fontaine : "Château intérieur"

— -

Lien :

- "Instruction aux domestiques" de Jonathan Swift, disponible sur Wikisource, la bibliothèque libre.

Remerciements :

- Merci à Laurence Marsau, Elisa Elbaz, Madame Caroline de Valroger, et Madame de Miramon,

- Merci également à Sébastien, Emmanuel, Jean-Paul, Inès ainsi qu’à tous les futurs majordomes et gouvernantes qui étaient en formation avec l’Académie des Gouvernantes ces cinq dernières semaines,

- Merci enfin à Maître Antoine Gillot, avocat de Pascal Bonnefoy, ancien majordome de Liliane Bettencourt.

Bibliographie :

Agone n°37 : la joie de servir, de Isabelle Kalinowski
Editeur : Agone
Parution : 2007

— 

Répondeur de l’émission :

Marion Dupas attend vos messages au 01 56 40 37 37

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.