PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE Abonnés

Le

Plusieurs semaines après, la maison et ses habitantes sont toujours marquées par cette perquisition qu'elles ne s'expliquent pas. (photo : Jonathan DUONG)

Perquisition, assignation… (extrait)

Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.

Guerre et terreur. Avec un discours guerrier, le pouvoir exacerbe la peur en France, sans assurer pour autant la sécurité des citoyens. C’est la vieille recette cynique de la stratégie du choc. L’opinion traumatisée approuve un régime d’exception qui porte pourtant atteinte aux libertés publiques, aux luttes sociales comme à la vie intellectuelle du pays. En surpassant la droite la plus sécuritaire et la plus réactionnaire, le pouvoir en place n’a qu’un seul but, remporter les présidentielles de 2017. Même le très modéré Conseil de l’Europe dénonce « un risque que le système de contrôle démocratique soit sapé par ces mesures. »

Avec l’état d’urgence, la police n’a plus besoin du Juge, le législatif et le judiciaire sont marginalisés. Face aux attentats, la seule et unique réponse est la surenchère sécuritaire. Laurent Wauquiez (Les Républicains) demandait que toutes les personnes fichées "S" soient placées dans des camps d’internement antiterroriste, soit 4 000 personnes. Le 18 novembre, une douzaine de députés socialistes déposaient un amendement afin de rétablir le contrôle de la presse.

À l’évidence, perquisitions et assignations relèvent de l’arbitraire et de l’improvisation administrative. La suspicion entraîne un peu plus la détérioration du lien social et la stigmatisation conduit à la radicalité. Mais toutes ces explications sont suspectes, il n’y a pas d’explication qui vaille, pour le Premier ministre, expliquer c’est excuser. À plusieurs reprises il martèle : « expliquer c’est déjà un peu excuser ». Le 26 novembre au Sénat, il répète : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses et des explications culturelles ou sociologiques à ce qu’il s’est passé. » Il est applaudi. Comment une telle indigence intellectuelle a pu parvenir à la tête du gouvernement ?

Bien au contraire, les attentats ont déclenché une énorme demande d’explication. Expliquer n’est pas excuser. Comprendre n’est pas défendre. Nul besoin d’intellectuels pour nous le rappeler. Monsieur Valls veut en rester au temps de la vengeance et du talion, c’est-à-dire à la guerre, c’est-à-dire à Daech, c’est-à-dire à la guerre asymétrique, c’est-à-dire au terrorisme. La seule issue commence par comprendre, par expliquer, par penser même l’impensable. Vous êtes plus de 200 000 à avoir suivi la conférence d’Alain Badiou que nous avons diffusée le 27 novembre dernier. Le début de cet exposé peut servir de réplique au Premier ministre :

« Je pense qu’il faut parvenir à penser ce qui est arrivé. Partons d’un principe : rien de ce que font les hommes n’est inintelligible. Dire : « je ne comprends pas », « je ne comprendrai jamais », « je ne peux pas comprendre », c’est toujours une défaite. On ne doit rien laisser dans le registre de l’impensable. C’est la vocation de la pensée, si l’on veut pouvoir, entre autres choses, s’opposer à ce qu’on déclare impensable, que de le penser. Bien entendu, il y a des conduites absolument irrationnelles, criminelles, pathologiques, mais tout cela constitue pour la pensée des objets comme les autres, qui ne laissent pas la pensée dans l’abandon ou dans l’incapacité d’en prendre la mesure. La déclaration de l’impensable, c’est toujours une défaite de la pensée, et la défaite de la pensée c’est toujours la victoire précisément des comportements irrationnels, et criminels. »

Face aux attentats d’Oslo et de l’île d’Utoya en juillet 2011 (77 morts, 48 blessés), le Premier ministre norvégien déclarait : « La réponse à la violence c’est encore plus de démocratie, encore plus d’humanité. »

Daniel Mermet

SAMEDI 23 JANVIER, GRAND MEETING POUR LA LEVEE DE L’ETAT D’URGENCE
14h30 à l’Espace Charenton Paris 12ème


Portfolio

Célia, 20 ans, était la seule résidente présente lorsque la police a (...) Amar aussi a été la cible d'une perquisition, puis placé en garde à vue (...) La police a défoncé certaines portes fermées à clef afin de pouvoir fouiller (...) Plusieurs semaines après, la maison et ses habitantes sont toujours marquées (...) Les deux étages de la maison sont divisés en petites chambres individuelles (...) Convertie à l'Islam depuis qu'elle a quatorze ans, Célia est hébergée (...)

(CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR)


Les différentes séquences du reportage :

01. PERQUISITION À L’ASSOCIATION BAYTOUNA

01. Perquisition à l’association Baytouna

Célia, 20 ans, était la seule résidente présente lorsque la police a perquisitionné l'association Baytouna (photo : Jonathan DUONG)


02. VIRGINIE, VICE-PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION BAYTOUNA


03. PERQUISITION À MEUDON-LA-FORÊT

Amar aussi a été la cible d'une perquisition, puis placé en garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui (photo : Jonathan DUONG)


04. YOUNÈS, ASSIGNÉ À RÉSIDENCE

La police a défoncé certaines portes fermées à clef afin de pouvoir fouiller toute la maison ( photo : Jonathan DUONG)


05. Raphaël LIOGIER : « LA GUERRE DES CIVILISATIONS N’AURA PAS LIEU »

Convertie à l'Islam depuis qu'elle a quatorze ans, Célia est hébergée par Baytouna depuis qu'elle ne vit plus en foyer (photo : Jonathan DUONG)


Merci à Célia, Virginie de l’association Baytouna, Amar, Younès et Raphaël LIOGIER.
Merci aussi à Islam & Info.

Programmation musicale :
- Yusuf Islam (i.e. Cat Stevens) : A is for Allah

reportage : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : A.V. et Grégory SALOMONOVITCH
photos : Jonathan DUONG
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Sur notre site

À voir

  • ÉTAT D’URGENCE CONTRE ÉTAT DE DROIT

    État d’urgence, merci, ça suffit

    Voir
    Journée de mobilisation samedi 30 janvier dans soixante-dix villes en France pour exiger la fin de l’état d’urgence. Pour comprendre pourquoi ce régime d’exception est inefficace et dangereux, (ré)écoutez notre émission et le reportage (...)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.