Un reportage à Lyon de Dillah TEIBI

« On est chez nous ! » Mon copain vote Front National Abonnés

Le

[EXTRAIT] « On est chez nous ! » Mon copain vote Front National

Qui sont les électeurs du FN ? Des beaufs, des fachos, des racistes ? Non, c’est le voisin, le cousin, et même le copain. Depuis plus de trente ans, ceux qui pensent bien rejettent ces bêtes immondes. Ce rejet a fait la force et la séduction du FN.

Capture d’écran du dernier clip de campagne de Marine Le Pen

Chômage, précarité, insécurité sociale, injustice, abandon, isolement, dégoût du monde politique et médiatique, absence d’horizon, fermentation des ressentiments, études et analyses sont connues. Un profond fossé s’est creusé entre le pays déboussolé et ceux qui ont les mots de passe et les codes d’accès.

La gauche cultivée a laissé tomber ces beaufs décevants et vulgaires qui ne ressemblaient plus au prolétaire pittoresque des drapeaux rouges. Le FN n’a eu qu’à récolter et exploiter cet immense désarroi engendré par les politiques néo-libérales de droite comme de gauche.

Aujourd’hui, Marine Le Pen n’a pas besoin de faire campagne, tout fait campagne pour elle. Pour leur aide, elle peut déjà remercier Manuel Valls ou Emmanuel Macron. La loi Travail imposée par la force, tout comme le délire sécuritaire martelé jusqu’à la nausée, ont renforcé l’adhésion au bon vieux mélange des thèses nationalistes et sociales de l’extrême droite.

Un increvable fond de commerce dont Marine Le Pen et son monde ont su repeindre la façade et mettre de pudiques rideaux même si, derrière le comptoir, le pit bull est toujours prêt à vous sauter à la gorge.

Un reportage de Dillah TEIBI.

Les différentes séquences du reportage :

01. Christian, 58 ans, retraité

Programmation musicale :
- RVF : Rap Identitaire lyrics et paroles

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Alexandre LAMBERT
montage : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.