LÀ-BAS Hebdo n°50

AU HAVRE, LE COMBAT CONTINUE ! Abonnés

Le

LÀ-BAS Hebdo #50, SOMMAIRE :

- AU HAVRE DANS LE VIF DE LA LUTTE. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS avec les grévistes du Havre, jeudi 26 mai, huitième journée de mobilisation nationale.

- Gérard MORDILLAT mord [chronique] Usagers pris en otage, syndicat minoritaire, casseurs partout, déclin de la France, en ce printemps social, les marronniers refleurissent partout dans les médias.

Comme un joueur de foot qui voudrait marquer un but avec un revolver à la main. Voilà à quoi ressemble Monsieur Valls avec son 49-3. Sauf que cette fois l’adversaire ne se laisse pas faire. Blocages, occupations, grèves reconduites, la lutte contre la Loi Travail est soutenue par les deux tiers du pays. Avec sa tradition de haute lutte, Le Havre est un point crucial dans ce combat. Loin des plateaux télés, des experts et des commentaires, voici un reportage dans le vif de la lutte. Et merci aux AMG de la CGT en lutte pour leur coup de main !

LÀ-BAS Hebdo n°50 (extrait)

Au Havre, le mouvement de grève à la Compagnie industrielle maritime (CIM), qui a coupé depuis mardi l’alimentation en pétrole des aéroports parisiens et de trois raffineries, a été reconduit vendredi pour 72 heures, a-t-on appris auprès d’un militant de la CGT. La préfecture de Seine-Maritime a prévenu que la CIM était d’un « intérêt vital » et qu’elle devait fonctionner. Sur une injonction du Premier ministre auprès de la direction de cette société, en charge des terminaux pétroliers du port du Havre et du cap d’Antifer, un approvisionnement limité pourra avoir lieu.

Un reportage au Havre de Thibaut CAVAILLÈS.

Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur


Programmation musicale :
- François Hadji-Lazaro : Quarantième jour de grève
- Jean-Roger Caussimon : Le Havre

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.