Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS

Amis riches, ne nous quittez pas, on vous aime ! Abonnés

Le

[EXTRAIT] Abonnez-vous !

Les riches paient beaucoup d’impôts, les riches nous donnent du travail, les riches nous font envie, que serions-nous sans les riches ? Or, dans les beaux quartiers, la mairie socialo-communiste de Paris a fait construire un centre d’hébergement pour SDF ! Horreur !

Provocation, scandale, protestation, violence, insultes, Claude GOASGUEN, maire du 16ème, menace du pire. La violence des riches explose. Mais le centre est construit malgré tout, non sans avoir été incendié avant l’ouverture. Une histoire qui finit bien ? Les riches seraient devenus gentils et solidaires ?

S’il y a du petit lait dans les beaux quartiers, Monique PINÇON-CHARLOT et Michel PINÇON ont tout bu. Les deux sociologues qui étudient la violence des riches depuis trente ans l’ont vu exploser soudain dans toute son obscénité.

Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS.

Programmation musicale :
- Joseph Haydn : Quatuor à cordes op. 64, n°5, 1er mouvement, interprété par le quatuor Ebene
- Brigitte Fontaine : Le Château Intérieur
- Les Fatals Picards : Et Puis Merde Je Vote À Droite

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Voir aussi

-  À LIRE :

La violence des riches : chronique d’une immense casse sociale, un livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (Zones/La Découverte, 2013)

Les ghettos du gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, un livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (éditions du Seuil, 2007)

- À ÉCOUTER :

« Colère dans le 16ème », un reportage de Rémi Douat pour Les Pieds sur terre, France Culture, 18 février 2016

« Colère dans le 16ème (la suite) », un reportage de Rémi Douat pour Les Pieds sur terre, France Culture, 24 mars 2016

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

Daniel Mermet reçoit Mickaël Wamen, Romain Altmann, Gaël Quirante et Griselda Michel Samedi 22 avril : premier tour social ! Voir

Le

Plusieurs syndicats, collectifs et associations lance un appel pour un rendez-vous inédit le 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle. Objectif : porter les luttes, les exigences sociales et inviter les salariés à une manifestation nationale à Paris en prenant la rue Place de la République à 14 heures.