Jo Dalton, coeur de gang

Le , par L’équipe de Là-bas

L’histoire de Jérémie Maradas-Nado, alias Jo Dalton ou Cool J, selon le milieu où il se trouve, le sport ou le rap, est celle d’un personnage qui incarne à lui seul le destin de générations. À dix ans, fils d’un ancien sénateur de la Ve République, il est contraint de quitter la République Centrafricaine : Bokassa a décidé de supprimer tous les hommes de sa famille. À peine arrivé à France, Jérémie est emmené dans un foyer de la banlieue parisienne. Entre cousins et amis, il grandit tout en restant en contact avec sa famille en Afrique. Il recrée son monde sur un modèle tribal issu de ses origines africaines : ce sera une vie dans les gangs... Jo intègre celui des Blacks Dragoons. C’est le début de la chasse aux skinheads et des règlements de comptes dans Paris.

Un reportage de Charlotte Perry.

À lire :
- "Jo Dalton, coeur de gang", par Jérémie Maradas-Nado et Cristina L’Homme (aux éditions La Manufacture de livres)
- "Gangs Story", par Kizo et Yan Morvan (aux éditions La Manufacture de livres)

Programmation musicale :
- "Rebel without a cause", par Public Enemy
- "Le Monde de demain", par Suprême NTM

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !