2022, mourir pour le Mondial

Le , par L’équipe de Là-bas

En septembre dernier, le Guardian a publié un reportage sur les conditions de travail sur le chantier du Mondial 2022 à Doha, au Qatar. Quarante-quatre ouvriers morts sur ces chantiers ont été dénombrés en 2013, Népalais pour l’essentiel. Et le Qatar s’apprête à recruter 1,5 millions travailleurs étrangers de plus pour construire les installations de ce Mondial 2022. Scandale ! Des syndicats se bougent, la FIFA se dit « préoccupée », on peut espérer que quelque chose se mette en route pour défendre les conditions de travail de ces ouvriers venus de l’Inde, du Népal, du Tibet...

Mais cela n’est pas nouveau dans les Émirats, où ces conditions de travail inacceptables sont courantes. Nous retournons aujourd’hui à Dubaï, où nous étions en mai 2006. On notait déjà qu’en 2004, 880 travailleurs étaient morts sur les chantiers de Dubaï, dans des accidents notamment dus à la chaleur. À l’époque, les travailleurs étrangers représentaient 90 % des 1,7 millions de travailleurs de Dubaï, dont beaucoup venus du Kerala. Ces conditions de travail dans cette région du monde sont une vitrine et l’accomplissement de l’utopie néolibérale.

Une nouvelle diffusion d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet, de mai 2006.

Programmation musicale :
- What a wonderful world, par The Ramones
- Ja Sha Taan, par Fun-Da-Mental

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.