L’Amérique qui flippe ou l’Amérique qui floppe ? (1)

Le , par L’équipe de Là-bas

Romney ou Obama ? La mise en scène est calquée sur n’importe quel match de catch, mais on peut déjà vous dire qui va l’emporter, c’est la petite poignée de milliardaires qui financent les candidats.

Ils étaient déjà fort généreux, mais cette fois en plus, la Cour Suprême en 2010 a levé toute restriction au financement des Comités d’Action Politique, les "super Pac".

On avance le chiffre de 2 milliards de dollars. Si l’on prend en compte toutes les élections fédérales de 2012, le chiffre de 8 milliards de dollars est évoqué. Ces générosités ne vont pas sans quelques petites contreparties.

Prenez Shelton Adelson, le roi des casinos de Las Vegas où nous arrivons aujourd’hui. Les élus ont toujours su renvoyer l’ascenseur qui a bien aidé Shelton à monter au sommet de la fortune, 26 milliards de dollars, une des plus grosses du pays. Les 100 millions qu’il a donnés cette année au candidat républicain ne représentent qu’un petit pourboire.

Au fond, ces élections c’est comme deux chauffeurs qui se disputent pour conduire la voiture du maître. Peu importe le gagnant, le maître est tranquille, c’est lui qui a réglé le GPS une bonne foi pour toutes.

Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Merci à Benoît Bréville, Mathew Calister, Ken Liu et à tous les salariés du "Culinary workers Union".

Programmation musicale :

- Viva Las Vegas, Bruce Springsteen

- Come On, Chuck Berry

Rappel !

- Rencontre avec les Pinçon-Charlot, autour du livre L’Argent sans foi ni loi, demain, mardi 23 octobre, au Forum de la Renaissance.

Crédit photo : Daniel Mermet

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.