Tunisie, le réveil cabossé

Le , par L’équipe de Là-bas

Il y a deux ans, le printemps des peuples arrivaient en Tunisie. Un printemps contagieux, le monde arabe fleurissait de tous les possibles.

Aujourd’hui même, 25 janvier, l’Égypte célèbre le deuxième anniversaire de sa révolution. À Tunis c’était le 14 janvier et Là-bas était là. On s’en doutait, la Révolution est un beau jour mais il y a beaucoup de lendemains. Comment reconstruire le bateau alors que vous êtes en pleine mer, que les requins vous cernent et qu’ils sont même déjà à bord !

Et où va le navire ? Où est passée la feuille de route ? Y a-t-il un capitaine à la barre ? Y a-t-il une barre ? Dans les médias français, la Tunisie se couvre de barbus et de burqas. La Révolution finit

toujours mal. Les médias français le savent puisqu’ils sont Français.

Et les Tunisiens ?

Oui, le réveil est bien cabossé, secoué de toute part, certains tentent de l’arrêter, d’autres la nuit viennent voler les aiguilles, d’autres tentent de les faire tourner à l’envers, il y a ceux qui jettent des

mots et des drapeaux à l’intérieur pour coincer les rouages, mais, en tendant bien l’oreille dans toute cette effervescence cacophonique, on entend nettement le cœur du réveil tunisien qui bat.

Reportage Anaëlle Verzaux.

Montage Franck Haderer.

Merci à Henda Krichen pour la traduction, merci aussi à Omeyya Seddik, Selma Zghidi, Nicolas Beau et Kamel Jendoubi.

Programmation musicale :

- Psyco M : "Jeux politiques 2011"

- Armada Bizerta : "L.S.D. (Liberté, Solidarité, Démocratie)"

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.