En Grèce

Batsi, gourounia, dolofoni ! (1)

Le

Le meurtre d’Alexis, quinze ans, par un policier n’est pas la cause des violentes manifestations en Grèce, c’est le détonateur.
Cette vague de fond social a des causes profondes, des causes locales (corruption, népotisme, scandales financiers, violences policières...) et des causes globales (directives européennes, déclin des classes moyennes, crise du libéralisme...)
Le flambeau grec pourrait bien mettre le feu à toute l’Europe. C’est la crainte du gouvernement français qui a soudain reculé
Reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil

Programmation musicale :

- Kalimera Ellada : Going through
- Angélique Ionis : Liberté

Emission du mercredi 17 décembre 2008

pour cette émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.