URSS

Rencontre avec les Nénètses (2)

Le

Daniel Mermet et Aude Merlin suivent en Sibérie une brigade, un petit groupe d’éleveurs nomades qui remontent et descendent au cours de l’année pour nourrir les rennes.
Ils suivent donc les rennes, sans jamais s’arrêter plus d’un mois.
Les nénètses ont résisté durant l’époque soviétique et aujourd’hui face à Poutine pour préserver leur identité et leur tradition. Ils ont retiré de ces luttes quelques avantages, comme la scolarité mais non sans mal.
Conte sibérien...

Livre :

- Sous la direction de Anne-Victoire Charrin : Les Sibériens, de Russie et d’Asie, une vie, deux mondes (Autrement)

Musiques :

- The Rotund (Biosphère)
Ready to lets go (Boards of Canada)

Rencontre avec les Nénètses (2) - 01 janv 08

disponible pour cette émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Dans les livres

  • Nénètses de Sibérie, les Hommes debout

    « Après quinze années de voyages réguliers à l’écoute des éleveurs de rennes, des pêcheurs, des chasseurs et des habitants des villages les plus isolés du grand nord de la Russie, le photographe Franck Desplanques nous livre images et témoignages, comme un hommage à ces hommes et à ces femmes qui, malgré la dureté de leur quotidien, les drames de leur vie, sont debout et fiers de vivre sur leur terre. »

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !