LÀ-BAS Hebdo n°9

Robert contre les envahisseurs (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Discours de Robert Ménard le 14 mars 2015 à Béziers (photo : Gaylord Van Wymeersch)

Alerte ! Mobilisation générale, ils arrivent, ils sont là. Ils nous ont expulsés d’Algérie et maintenant ils nous envahissent, c’est la guerre de la civilisation. Jeanne d’Arc aujourd’hui s’appelle Robert Ménard. Le maire de Béziers part en croisade et commence par supprimer la « rue du 19 mars 1962 », qui rappelait la date du cessez-le-feu marquant la fin de la guerre d’Algérie. Inacceptable. Robert se prépare à partir à la reconquête de l’Algérie. Béziers le regrettera, c’est sûr.

Avec, autour de Daniel MERMET :
- Fatima BESNACI-LANCOU, de l’association Harkis et Droits de l’Homme
- Jacques PRADEL, de l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis
- Gilles MANCERON, historien, membre du comité central de la Ligue des Droits de l’Homme
- Jean-François GAVOURY, président de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS
- Hervé KEMPF
- Didier PORTE qui nous fâche avec tout le monde
- un reportage à Béziers de Gaylord VAN WYMEERSCH

LÀ-BAS HEBDO n°9 (extrait)
Et retrouvez ici la version longue du reportage à Béziers de Gaylord VAN WYMEERSCH.

Les différentes séquences de l’émission :
Partie 1ère : vos messages sur le répondeur

Partie 1ère : vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


Partie 2 : l’histoire du 19 mars 1962

Partie 2 : l’histoire du 19 mars 1962

Il y a 53 ans, le 19 mars 1962, intervenait un cessez-le-feu en Algérie, au lendemain de la signature des accords d’Évian. Bien que cette date soit reconnue comme la fin de la guerre d’Algérie, elle est toujours critiquée et contestée par certains, comme le maire de Béziers Robert Ménard, qui refusent d’entériner cette date au nom des nombreuses victimes, notamment harkis, tuées en Algérie après le 19 mars. L’historien Gilles MANCERON éclaire les raisons de cette dispute mémorielle.


Partie 3 : qui sont les harkis ?

Partie 3 : qui sont les harkis ?

Harkis et moghaznis faisaient partie des quelque 300 000 supplétifs qui ont été enrôlés par l’armée française pour combattre le FLN. À partir du 19 mars 1962 l’armée française se retire progressivement du territoire algérien conformément aux accords d’Évian, en désarmant les harkis et en les abandonnant, sans défense, aux représailles du FLN. Qui sont ces harkis à qui s’adresse Robert Ménard ? Fatima BESNACI-LANCOU de l’association Harkis et Droits de l’Homme rappelle qu’il n’y a pas "une" communauté harki homogène, mais des histoires singulières des supplétifs en Algérie.


Partie 4 : pieds-noirs progressistes

Partie 4 : pieds-noirs progressistes contre pieds-noirs d’extrême droite

Jacques PRADEL, de l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis, était à Béziers samedi 14 mars. Il est venu manifester contre la cérémonie organisée par Robert Ménard pour débaptiser la rue du 19 mars 1962. Jacques PRADEL fait partie des « Français d’Algérie » qui ont grandi là-bas. Interne au lycée d’Oran, il assiste aux massacres perpétrés par l’OAS en janvier 1962. Il a 15 ans. Le 19 mars 1962, il retourne chez lui, dans la ville de Tiaret, où ses amis, avec lesquels il a grandi, lui tournent le dos. "Sollicité" pour prendre part aux actions de l’OAS, il quitte finalement l’Algérie pour rejoindre la France.


Partie 5 : de quoi Robert Ménard est-il le nom ?

Partie 5 : de quoi Robert Ménard est-il le nom ?

En 2006 une association nostalgique de l’Algérie française, soutenue par le maire de Marignane, érige une stèle en hommage à quatre figures de l’OAS, dont les meurtriers du commissaire central d’Alger Roger Gavoury. C’est à la suite de cette provocation que son fils, Jean-François Gavoury, crée l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS. Pour combattre les relectures de l’Histoire, que Robert Ménard n’est pas le seul à instrumentaliser dans sa croisade contre l’immigration et contre les musulmans.

Une affiche de l’OAS

Partie 6 : Hervé KEMPF

Le Conseil général de l’Isère accorde une aide financière au projet de création d’un Center Park à Roybon, qui va remplacer 120 hectares de forêt par des "cottages" accueillants autour d’une piscine tropicale. Mais la création d’emplois espérée vaut bien le sacrifice de l’environnement ! Mais puisqu’on parle d’emplois, pourquoi le Conseil général de l’Isère supprime-t-il 177 emplois parmi les pompiers ou les services d’aide à l’enfance ? Au nom de la réduction des déficits bien sûr.


Partie 7 : Didier PORTE nous fâche avec tout le monde

La culture, dernière roue du carrosse socialiste : la municipalité socialiste de Dax a d’abord supprimé le festival Satiradax, avant d’implorer par la suite son créateur, Marc Large, d’intervenir publiquement au nom de « l’esprit du 11 janvier »... Priorité à la corrida !

Retrouvez ici la version longue du reportage à Béziers de Gaylord VAN WYMEERSCH.

Programmation musicale :
- Alger pleure, par Médine
- Parachutistes, par Maxime Le Forestier
- Des problèmes de mémoire, par Rocé et Potzi

À écouter :
- samedi 28 mars, l’émission Comme un bruit qui court reviendra sur l’histoire du 19 mars 1962 avec un reportage de Charlotte Perry

Merci à Renaud Barillet, Mathieu Ardaillon et Samuel Chêne de La Rotonde.
Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Il en a été question lors de la campagne des présidentielles. Certains applaudissent, d’autres crient à l’arnaque néo-libérale, d’autres encore lui préfèrent le « salaire à vie ». Venez faire part de votre avis et débattons-en !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

  • Le café Repaire de Chateau-Arnoux, en collaboration avec le journal L’Âge de Faire, vous donne rendez-vous mardi 6 juin à 18h pour débattre autour du thème : La santé est un droit.

    Château-Arnoux-saint-auban

  • « Député » : membre d’un groupe, chargé d’une mission déterminée. Un député, ça sert à quoi ? A l’approche des nouvelles élections législatives, le Café repaire vous invite à une soirée-discussion autour du fonctionnement, des valeurs et des enjeux et du parlementarisme. Les formations politiques locales, tous (...)

    Angers

  • Avec Patrick Le Moal, fondation Copernic, ex-inspecteur du travail Le travail s’est déshumanisé et a perdu son sens. On est dans la performance financière. Les salariés, constamment mis à l’épreuve, en arrivent à douter de leur propre valeur et légitimité. La logique libérale du profit impose un (...)

    Saint-Lô

Dernières publis

Une sélection :

Tchétchénie : Ici vivaient des gens Écouter

Le

Nouvelle diffusion du reportage de Daniel Mermet et Aude Merlin en Tchétchénie en hommage à Anna Politkovskaïa, assassinée le samedi 7 octobre dans l’ascenseur de son immeuble, au centre de Moscou.
Journaliste russe, Anna Politkovskaïa dénonçait les crimes commis en Tchétchénie, la corruption du pouvoir et les mensonges du régime de Vladimir Poutine.
Selon le journal Novaïa Gazeta pour lequel elle travaillait, Anna Politkovskaïa préparait un article sur la torture en Tchétchénie, avec des photos à l’appui.

Jean Ziegler, l’intégration subversive AbonnésÉcouter

Le

Une occupation sans fin de la Palestine par Israël, plus de 300 000 morts en Syrie depuis 2011, un nombre incalculable de victimes au Soudan, tellement incalculable que le chef du Département des opérations de maintien de la paix des Nations unies, Hervé LADSOUS, avoue lui-même en avoir « perdu le compte ». Pendant que le monde regarde vers TRUMP et la France vers FILLON, les gouvernements échouent à trouver des solutions politiques et diplomatiques aux conflits meurtriers qui n’ont cessé depuis la fin de la Guerre froide.

Ils eurent 20 ans dans les Aurès (I) Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

19 mars 2012, Algérie, cinquantième anniversaire du cessez le feu. Il y a quinze ans, en 1998, LA-BAS faisait entendre la parole refoulée des sans grade de la guerre sans nom. Reportage Giv Anquetil, Daniel Mermet.