Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH

LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE Abonnés

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

« Ces propos sont mensongers. Je n’ai jamais rencontré personnellement Tariq Ramadan, ni partagé de tribune avec lui. Ces accusations ineptes visent à dire que moi-même, et à travers moi ma famille politique, seraient le terreau du terrorisme », a répondu Clémentine.

Elle est notre invitée avec Alain Gresh.

LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE (extrait)

Chômage de masse ? Précarité ? Inégalités ? Colère sociale ? Pour Manuel Valls ce n’est pas l’essentiel. « Bien sûr il y a l’économie et le chômage, mais l’essentiel, c’est la bataille culturelle et identitaire. » Si ça chauffe trop du côté social, vous agitez l’épouvantail du voile et du grand satan Tariq Ramadan et son « double discours ». Aussitôt c’est l’hystérie. Rien de plus efficace pour diviser la gauche entre les laïcards et les « islamo-gauchistes ». Ça dure depuis des années et ça marche à tous les coups.

Déjà Manuel VALLS avait fait une tentative le lundi 04 avril. Alors que toute la place de la République vibrait de la NUIT DEBOUT, au coin même de la place, discrètement, au théâtre Déjazet, lors d’un colloque sur l’islamisme et le populisme en Europe, Manuel VALLS ressortait l’épouvantail du voile, « asservissement de la femme », et contre lequel « il faut agir ».

Incapable de faire face au chômage, à la précarité, aux inégalités, tout comme à l’évasion fiscale des grosses fortunes, Valls tente de dissimuler la bombe sociale sous les vieux amalgames chers au FN et aux partisans de la « guerre des civilisations ». Depuis, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’État aux relations avec le parlement l’a rejoint et il ne sera pas le seul dans la perspective des présidentielles de 2017 pour imposer les thèmes « identitaires et culturels ».

Dans cette croisade, ils peuvent compter sur la fidèle Caroline FOUREST. Même si Laurent RUQUIER a décidé de ne plus jamais l’inviter dans son émission suite à de trop gros mensonges, Caroline est toujours présente quand il s’agit de protéger la France du péril islamo-gauchiste. Tout comme la philosophe Élisabeth BADINTER qui a appelé au boycott des marques faisant dans la « mode islamique ». Malheureusement, on apprenait au même moment qu’Élisabeth BADINTER, 47ème fortune française, est la principale actionnaire de PUBLICIS qui assure avec zèle la communication de… l’Arabie Saoudite !

Un entretien de Daniel MERMET avec :

- Clémentine AUTAIN, directrice de la publication du magazine Regards, conseillère régionale d’Île-de-France, conseillère municipale de Sevran et porte-parole du mouvement Ensemble, pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire ;

- et Alain GRESH, ancien journaliste au Monde diplomatique et directeur du site Orient XXI.


Les différentes séquences de l’émission :


Programmation musicale :
- Kery JAMES : Constat amer
- Kool Shen : Les Médias

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG
photos : Jeanne LORRAIN

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.