PARTIE 2 : Claire Lecoeuvre

Le bio, nouvelle niche de marché à rentabiliser

Le

Claire Lecoeuvre s’inquiète du devenir de l’agriculture biologique : de plus en plus loin des valeurs qui sont au fondement du bio, l’industrie agroalimentaire et la grande distribution tentent de récupérer le bio, une niche de marché à rentabiliser.

Deuxième partie de notre rencontre avec l’équipe du Monde diplomatique du mois de juin, avec Claire Lecoeuvre : « Quand le bio dénature le bio ».

Un entretien de Jonathan Duong.

02. Claire Lecoeuvre : le bio, nouvelle niche de marché à rentabiliser

Démarche vertueuse en termes d’emploi, d’utilisation des ressources et de santé publique, l’agriculture biologique progresse rapidement en France. Alléchées, l’industrie agroalimentaire et la grande distribution entendent bien s’emparer de ce marché. Au risque d’en effacer les fondements en faisant pression sur la Commission européenne pour réduire les exigences de qualité.

page 17 du Monde Diplo : « Quand le bio dénature le bio », un article de Claire Lecoeuvre

Programmation musicale :
- Didier Super : Agriculteur Biologique

Merci à Claire Lecoeuvre.

Merci aussi à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !