Émission mensuelle avec l’équipe du Monde Diplomatique

Dans le Monde Diplo de mai

Le

Du refus au futur, en France on dirait que la jeunesse veut faire de la politique autrement. Et pas seulement la jeunesse. Depuis des années, nous disons ce que nous ne voulons pas, il est temps de dire ce que nous voulons.

Voici du grain à moudre avec le Diplo de mai.

Écouter l'émission

  • 01. Benoît BRÉVILLE : les États-Unis sont fatigués du monde Télécharger

    - MP3 - 16.4 Mo

  • 02. Gilles BALBASTRE : dans le Nord, emploi en miettes et sentiment d’abandon Télécharger

    - MP3 - 13.9 Mo

  • 03. Évelyne PIEILLER : l’art pour tous, l’argent pour quelques-uns Télécharger

    - MP3 - 28.2 Mo

Dans le Diplo de mai 2016

Notre émission avec l’équipe du Monde diplomatique du mois de mai, avec, autour de Daniel MERMET :

- Benoît BRÉVILLE : « Les États-Unis sont fatigués du monde »

- Gilles BALBASTRE : « Dans le Nord, emploi en miettes et sentiment d’abandon »

- Évelyne PIEILLER : « L’art pour tous, l’argent pour quelques-uns »


Les différentes séquences de l’émission :

01. Benoît BRÉVILLE : Les États-Unis sont fatigués du monde

01. Benoît BRÉVILLE : les États-Unis sont fatigués du monde

Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 sera vraisemblablement moins favorable aux interventions militaires que son adversaire démocrate — une situation inédite depuis la seconde guerre mondiale. Mais la tentation du repli, qui hante la politique étrangère de M. Barack Obama depuis 2009, concerne désormais les deux grands partis.

pages 06 et 07 du Monde Diplo : Les États-Unis sont fatigués du monde

02. Gilles BALBASTRE : Dans le Nord, emploi en miettes et sentiment d’abandon

02. Gilles BALBASTRE : dans le Nord, emploi en miettes et sentiment d’abandon

Contestée par une large part des forces syndicales et de la jeunesse, la loi El Khomri entend poursuivre — et accélérer — la déréglementation du marché du travail. Flexibilité, travail le dimanche, horaires décalés : dans ce domaine, le nord de la France fait figure de laboratoire. Une évolution dont seul le Front national semble tirer profit, comme lors des élections régionales de décembre 2015.


03. Évelyne PIEILLER : L’art pour tous, l’argent pour quelques-uns

03. Évelyne PIEILLER : l’art pour tous, l’argent pour quelques-uns

Symbolisée dans les années 1960-1970 par une mise en forme de l’esprit de révolte, de la minijupe au mouvement punk, Londres définit à nouveau une certaine avant-garde. Non seulement elle a mis l’art contemporain à la mode, mais cet art qui semblait réservé à l’élite est désormais présenté sans frémir comme un agent de changement social.

pages 22 et 23 du Monde Diplo : L’art pour tous, l’argent pour quelques-uns, un article d’Évelyne PIEILLER et Marie-Noël RIO

Merci à Sophie DURAND-NGÔ et Anne CALLAIT-CHAVANEL du Monde Diplomatique.

Programmation musicale :
- IAM : Attentat II

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Grégory SALOMONOVITCH
technique : Alain GADAN et Guillaume GIRAULT
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.