Mermet viré, pluralisme menacé

Le

Nous relayons ici un article de Politis, du 30 juin 2014

Par Denis Sieffert

On ne pouvait pas virer Mermet comme çà, à froid. Il fallait une « charrette », en espérant qu’elle serait bien pleine, et que ça ne se verrait pas trop. C’est ce qu’a dû penser la nouvelle direction de France Inter qui, profitant des bouleversements des programmes de rentrée, vient de congédier le gêneur.

Depuis 1989, Daniel Mermet, c’était « Là-bas si j’y suis ». Un ton, un style radiophonique sans équivalent, et plus encore un espace de liberté dans un monde contrôlé par l’idéologie libérale. Certains diront que tout a une fin et qu’il est temps que Mermet, à l’antenne depuis 1976, laisse la place aux jeunes. C’est d’ailleurs en arguant du nécessaire « rajeunissement » que Laurence Bloch, directrice de France Inter, a justifié sa décision. Mais, au-delà du sort de Mermet lui-même, du talent que personne ne lui conteste, c’est le pluralisme qui est en jeu.

C’est au nom de ce pluralisme et du droit à l’expression d’un large courant de pensée (appelons-le « altermondialiste »), qui n’a voix au chapitre nulle part ailleurs sur France Inter, que Politis soutient Mermet et son équipe. C’est à ce titre que nous serons présents jeudi 3 juillet à 18h, au Cabaret sauvage [1]. Nous y serons aussi parce qu’en dépit des dénégations, il est trop évident qu’il y a du règlement de compte politique dans cette affaire.

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.