Avec les historiens Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye, co-auteurs du « Coran des historiens »

« Le Coran des historiens » : ce que les chercheurs savent du texte fondateur de l’islam Abonnés

1

Le


Depuis l’assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, la machine à dire n’importe quoi est repartie de plus belle. En particulier en ce qui concerne l’islam. On peut être quasiment sûr qu’une phrase qui commence par « les musulmans sont ceci… » ou « l’islam, c’est cela… » finit toujours par une connerie.

En décembre 2019, nous recevions les historiens Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye, co-auteurs du Coran des historiens, une étude historique et scientifique du texte fondateur de l’islam. En ces temps d’émotion peu propices à la réflexion, il est bon de prendre le temps de s’arrêter et de réfléchir, aussi nous vous proposons de revoir cette discussion avec deux chercheurs passionnants, qui nous racontent ce qu’ils savent du Coran, et surtout ce qu’ils en ignorent.

« Il est né le divin enfant, Jouez hautbois, résonnez musettes ! » Noël approche , et bientôt réunis autour de la crèche nous chanterons tous en choeur la gloire du petit Jésus. Tous ? Oui, et bien plus qu’on ne le pense en tout cas, puisque Jésus est un personnage central du Nouveau Testament, mais aussi… du Coran !

Le Coran, beaucoup de monde en parle, mais peu de personnes l’ont lu. Et pour cause, le texte est aujourd’hui très difficilement compréhensible pour un lecteur du XXIe siècle, éloigné du contexte de sa rédaction, l’Arabie préislamique du VIIe siècle après Jésus-Christ.

Donner des clefs de compréhension de ce texte vieux de 14 siècles, c’est ce qu’ont voulu faire les historiens Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye dans une étude monumentale, Le Coran des historiens, 3 048 pages, 3,465 kg, issue de contributions d’une trentaine de chercheurs du monde entier.

Que nous apprennent les historiens sur Mahomet ? Très peu de choses, puisqu’il n’existe quasiment pas de traces du Mahomet historique. Mais sur les sources du Coran, ses influences, ses liens avec la Bible, sa rédaction, sa mise en forme, son utilisation par le pouvoir politique, le travail de l’historien permet de comprendre un texte qui a marqué l’histoire de l’humanité. Une démarche scientifique, utile tant aux croyants qu’aux profanes, loin des polémiques sans cesse agitées dans le but de faire peur.

Une telle histoire critique existait déjà pour l’Ancien et le Nouveau Testament. En voilà désormais une pour le Coran avant l’islam. Le Coran avant l’islam ? Oui, une lecture du Coran en tant que texte littéraire, poétique, historique, avant qu’une religion nouvellement créée ne s’en empare, au VIIe siècle après Jésus-Christ, et avant que la tradition musulmane n’en livre ses interprétations.

Un entretien de Jonathan Duong et Gérard Mordillat avec Mohammad Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, et Guillaume Dye, professeur d’islamologie à l’Université libre de Bruxelles, co-auteurs du Coran des historiens (éditions du Cerf, 2019).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journalistes : Jonathan Duong et Gérard Mordillat
image : Kévin Accart
montage : Cécile Frey
son : Sylvain Richard et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  À LIRE :

Sous la direction de Guillaume Dye et Mohammad Ali Amir-Moezzi, Le Coran des historiens, éditions du Cerf, 2019

Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, Jésus selon Mahomet, Le Seuil et ARTE éditions, 2015

- À VOIR :

Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, Jésus et l’islam, 2015, France, 06h04

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.