Les Repaires de Là-bas

Les Repaires n’ont rien lâché, bravo !

Certains les disaient morts, enterrés et déjà récupérés, mais les vrais Repaires de Là-bas si j’y suis n’ont pas lâché la rampe. À Bordeaux, Limoges, Paris ou Lille ces jours derniers, les soirées débats avec Daniel Mermet ont été de beaux succès, chaleureux et stimulants pour tous. Du coup beaucoup de Repaires souhaitent vite organiser une soirée de débat avec Daniel autour du projet en cours mais pour courir aux quatre coins de l’hexagone, il faut un minimum de logistique. Voici donc où nous contacter : contact@la-bas.org

Grâce à vous tous, nous dépassons les 18 000 abonnés. C’est un très bon résultat, nous pouvons déjà faire pas mal de choses et le chantier avance, mais nous devons encore réunir toutes nos forces pour décoller et nous maintenir en vol. Nous savons que nous pouvons compter sur les fidèles AMG, d’abord pour cette campagne d’abonnement, mais aussi pour les remarques, pour les infos, pour l’engagement dans la construction d’un nouveau média qui va continuer et développer les bagarres de Là-bas.

Pour annoncer vos prochains Repaires, débattre, donner des infos locales, écrivez à repaires@la-bas.org

JPEG - 803.3 ko

LES REPAIRES DE LÀ-BAS, RÉSISTER À LA RÉSIGNATION

C’est en septembre 2005 que l’idée des Cafés Repaires a été lancée par Daniel Mermet, sur France Inter, dans son émission "Là-bas si j’y suis".

Dans votre village, dans votre quartier, il y a sans doute d’autres auditeurs, alors pourquoi ne pas se retrouver autour d’un verre pour refaire le monde ?

Il suffit de trouver un bistrot accueillant. Ensuite, prendre contact avec l’équipe de Là-bas pour nous communiquer vos coordonnées (repaires@la-bas.org). Ainsi, vous devenez le « correspondant – animateur » du repaire et vous figurez sur la liste officielle des repaires. Pour donner rendez-vous, parler de l’actualité de votre repaire et de votre région, c’est la même adresse (repaires@la-bas.org). N’hésitez pas à laisser aussi un message sur le nouveau répondeur de Là-bas au 01 85 08 37 37.

Et voilà, vous vous retrouvez au Café de la place ou au Bar des Sports. À vous d’animer les rencontres, d’organiser les débats, le temps de paroles, les sujets, les invités…

Mais attention, du routier au rentier, il faut que chacun puisse pousser la porte du Café Repaire de Là-bas si j’y suis. Le Repaire n’est pas un club où viennent se convaincre les convaincus ni la chapelle où l’éternel militant vient évangéliser ses congénères.

Avec plus de cent cinquante Repaires en France, mais aussi à Montréal, Barcelone, Londres ou Budapest, c’est chaque mois des milliers d’Auditeurs Modestes et Géniaux (AMG) qui participent, s’expriment, confrontent des idées, fomentent de grands complots, chantent et dansent et paient leur tournée. On se retrouve à 5 ou à 100, peu importe, la quantité ne fait pas la qualité. 

Voilà ce que dit Aurélie du Repaire de Marseille : « C’est une auto éducation en prise avec l’expérience de chacun, loin de la culture de distinction et de consommation, loin de la culture qui tombe du ciel et des personnages hors du commun, pour moi c’est le lieu d’une résistance à la soumission et à la résignation. »

Et surtout, les Repaires, c’est bien plus fort que tous les réseaux sociaux du monde, puisqu’on peut se voir en vrai.

Mais cette réussite attire aussi des convoitises. Ainsi des Repaires ont été contactés pour la vente de produits divers ou pour des mobilisations se réclamant de Là-bas si j’y suis (LBSJS) sans nous avoir consultés auparavant. En cas de doute n’hésitez pas à nous contacter.

Le répondeur : + 33 (0)1 85 08 37 37

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.