16 septembre 2016. Évacuation des Réfugiés. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS [RADIO : 32’33]

Les réfugiés de Stalingrad Abonnés

Le

Bataille de Stalingrad ? Non, personne n’a dit ça. Personne n’a parlé de rafle non plus. Rafle du Vel’ d’Hiv’ ? Non, pourtant il y avait des bus, des flics, des gens qu’on embarquait, des enfants. Non, ces références historiques n’ont pas été évoquées. Et pourtant ce fut un moment historique , mais de notre histoire d’aujourd’hui.

Le 16 septembre 2016 sera à marquer d’une pierre blanche dans l’ histoire de Là-bas si j’y suis. Ce jour-là, on était en phase complète avec tout le pays, avec la France du 16 septembre. Comment ? Simplement à travers trois personnes rencontrées à l’arrêt du bus 54, avenue de Flandres à Paris ; Rachida, Victor et Madame Lemaire. À eux trois, ils représentent, tout ce que nous vivons aujourd’hui.

Victor  : c’est le jeune associatif, engagé, le brave gars qui a envie que ça change… Et des Victor, il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit et qu’on ne le dit dans ce pays.

Rachida  : la dame d’origine marocaine, vous allez voir, c’est un archétype, c’est un personnage que des grands tragédiens, des grands auteurs n’auraient pas loupé. Naguib Mahfouz ne l’aurait pas loupée, Doisneau ne l’aurait pas loupée.

Et puis Madame Lemaire ! Madame Lemaire, elle, représente exactement, le discours de dimanche dernier de Marine Le Pen. Elle est la figure qui va être au centre de notre vie politique, jusqu’aux prochaines élections. Prenez le temps d’écouter. C’était le 16 septembre 2016. Pourquoi la bataille de Stalingrad ? Parce que c’était tout simplement place de la Bataille de Stalingrad, à Paris dans le 19ème arrondissement, à l’arrêt du bus 54.

Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS.

REPORTAGE : les réfugiés de Stalingrad [EXTRAIT]
JPEG - 246.9 ko
(photo : Thibaut CAVAILLÈS)

Les différentes séquences du reportage :

01. Rachida, en France depuis 40 ans

Programmation musicale :
- SEXY SUSHI : J’aime mon pays
- Les Ogres de Barback : Le Monde est dans ma poche

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Jérôme CHELIUS

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.