À la CGT à Tourcoing, on ne désarme pas. Premier volet d’un reportage de Sylvie Coma [RADIO : 42’22]

En première ligne contre le F.N. (1/2) Abonnés

Le

Une caissière d’Auchan virée pour 85 centimes en juillet à Tourcoing. Auchan, c’est Mulliez, classé dans le top 3 des plus grosses fortunes de France, 40,2 milliards d’euros [1]. En août, toujours à Tourcoing, c’est un caissier de Dia (Carrefour) licencié pour une erreur de 18 euros. Carrefour, c’est Bernard Arnault, également dans le top 3 des fortunes françaises, 30,44 milliards d’euros [2]. On a baissé les bras devant ces injustices. Navrés, on laisse le F.N. grossir sans effort. Mais il y a des poches de résistances. À la CGT de Tourcoing, on ne se contente pas d’écouter les doléances, on se bat en première ligne contre le F.N.

« Ça fait froid dans le dos, ça donne envie de vomir. » Depuis des années, la montée du F.N. et de l’extrême droite suscite l’indignation morale et impuissante de ceux qui pensent et qui parlent. Depuis trente ans, la bourgeoisie culturelle a fabriqué l’épouvantail le plus séduisant pour tous ceux qu’elle délaisse et qu’elle méprise.

Le racisme social n’est pas étranger à ce rejet. L’ouvrier, le working class hero, est devenu le beauf, le Bidochon, le Deschiens. Puis « la question du voile » a été l’alibi de l’abandon. Qui aujourd’hui pour défendre les victimes du chômage et du travail en miettes ?

Certainement pas une gauche qui a imposé la Loi Travail pour satisfaire le Medef. Certainement pas des « européistes » militants de l’austérité imposée à la Grèce. Certainement pas la droite de François Fillon, nostalgique de Thatcher. Le passage en force de la Loi Travail a encore accéléré la déréglementation du marché du travail. Horaires décalés, flexibilité, temps partiel subi, des salariés de plus en plus isolés face à leurs petits chefs. Comment imaginer que le ressentiment accumulé ne se traduise pas dans les urnes ? À l’Union Locale de la CGT de Tourcoing, une dizaine de bénévoles luttent contre ces dégâts sociaux, en première ligne contre le F.N.

Premier volet d’un reportage à Tourcoing de Sylvie COMA.

REPORTAGE : En première ligne contre le F.N. (1/2) [EXTRAIT]

Les différentes séquences de l’émission :

01. C’est dur de trouver les mots


Quelques repères :

Union Locale de la Confédération Générale du travail de Tourcoing

43 rue de Lille 59 200 Tourcoing, téléphone : 03 20 24 48 34

Une dizaine de bénévoles  

Sam : Secrétaire général, professeur d’histoire-géographie en lycée professionnel
Jean-Marie : Trésorier, directeur de Maisons de Jeunes et de la Culture à la retraite
Jean-Claude : Secrétaire d’accueil, ancien ouvrier dans l’agro-alimentaire
Habib : travaille chez Auchan City
Philippe : intérimaire
Pascal  : chauffeur routier au chômage
Priscilla : intérimaire
Philippe : retraité avant l’âge pour avoir travaillé dans l’amiante…

Adhésions en hausse :

1 400 affiliés à l’Union Locale en 2014.
2 200 affiliés à l’Union Locale en 2016.

Une quarantaine de rendez-vous par semaine.

Leurs derniers combats retentissants :
- une caissière d’Auchan licenciée pour une erreur de 85 centimes (prix d’une boîte de sauce tomate). Affaire gagnée. La caissière a été réintégrée grâce à l’action de l’Union Locale CGT de Tourcoing
- un caissier de DIA viré pour n’avoir pas vu qu’une carte bleue d’un montant de 18 euros avait été refusée. Affaire toujours en cours…

Tourcoing : 

-  93 000 habitants

-  Ancienne capitale mondiale de la laine (avec Roubaix), principalement reconvertie dans la grande distribution et le tertiaire.

-  8ème ville de France la plus touchée par le chômage (16,3% de la population active)

-  6ème ville la plus pauvre de France (1 habitant sur 4 en-dessous du seuil de pauvreté)

- le Maire : Gérald DARMANIN, secrétaire général adjoint des Républicains

Résultats électoraux à Tourcoing : 

Régionales 2015 (second tour) :
Union de la droite (Xavier Bertrand) : 67,9%
FN (Marine Le Pen) : 32,10%

Municipales 2014 (second tour) :
Les Républicains (Gérald Darmanin) : 45,61%
PS (Michel-François Delannoy) : 43,42%
FN (Jean-François Bloc) : 10,96%

Présidentielle 2012 :
-  1er tour
François Hollande : 31,32 %
Nicolas Sarkozy : 22,43 %
Marine Le Pen : 21,28 %
Jean-Luc Mélenchon : 12,73 %
-  2d tour :
François Hollande : 55,49 %
Nicolas Sarkozy : 44,51 %


Programmation musicale :
- L’Homme Parle : La Grande Distribution
- Billy B. Beat : Le Sac Auchan
- Loïc Lantoine : À L’Attaque

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Sylvie COMA
journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.