NOS MYTHOLOGIES ÉCONOMIQUES : rencontre avec Éloi LAURENT [RADIO 38’08]

L’IMPOSTURE DES ÉCONOMISTES Abonnés

Le

François LENGLET

Éloi LAURENT n’est pas un révolutionnaire, non, disons plutôt un keynésien favorable à l’État Providence, un peu l’équivalent d’un Joseph Stiglitz ou d’un Paul Krugman, des économistes presque « mainstream » aux États-Unis. Mais c’est encore trop, beaucoup trop, pour France Inter. Par contraste, ce genre de voix tranche radicalement avec le ronron néo-libéral de la matinale de France Inter, le même ronron depuis 30 ans, hier Jean-Marc Sylvestre, aujourd’hui Dominique Seux, rédacteur en chef aux Échos (propriété de Bernard Arnault), qui continue de prêcher pour un néo-libéralisme en phase terminale comme ce petit bonhomme qui a dépassé le bord de la falaise mais qui continue de courir au-dessus du vide. Jusqu’à quand ?

Une bonne occasion pour écouter Éloi LAURENT que nous avons reçu début mars avec son livre, juste 100 pages pour démolir ces « MYTHOLOGIES ÉCONOMIQUES » qui dominent depuis une trentaine d’années. Dans le monde politique comme dans les médias, « l’économiste expert » délivre sa sentence indiscutable basée sur une pseudo science, mais qui fait autorité au détriment de l’action politique. Pour Éloi LAURENT, l’économie est une mythologie qui désenchante le monde : elle pollue le débat public de ses fausses certitudes et empoisonne l’esprit démocratique. Nos mythologies économiques sont des mystifications politiques.

L’imposture des économistes (extrait)

Éloi LAURENT, économiste, chercheur à l’Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE), vient de publier Nos Mythologies économiques, aux éditions Les Liens Qui Libèrent.

Un entretien de Daniel MERMET.


Le clip de Fear the Boom and Bust : a Hayek vs. Keynes Rap Anthem (Craignez l’essor et la chute : une battle rap Yayek vs. Keynes), de John Papola et Russ Roberts, diffusé par econstories.tv :

Les différentes séquences de l’émission :

01. Schizophrènes hétérodoxes contre orthodoxes paranoïaques [07’07]

02. Néolibéralisme, social-xénophobie & écolo-scepticisme [05’53]

03. Impuissance de l’État ? [09’18]

04. Les mythes évacuent le réel [09’44]

05. Le bel avenir de l’État Providence [05’44]


Merci à Éloi LAURENT.

Programmation musicale :
- Thierry Stremler : Économie
- John Papola et Russ Roberts : Fear the Boom and Bust : a Hayek vs. Keynes Rap Anthem

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Florian LOPEZ et Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.