Élections départementales

Y’a tellement personne ! Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

JPEG - 368.8 ko
GRANDE SOIREE ELECTORALE

Le bruit a couru ces dernières semaines : le FN va triompher dans l’Aisne. C’est où l’Aisne ? Les grands voyageurs qui sont allés dans l’Aisne racontent des champs de betteraves, des villages sans personne, des bouts d’usine en friche, c’est la France des inaperçus, la France qu’on voit en train.
Et c’est là que le FN va gagner ? Pourquoi ? François, un AMG, vit depuis longtemps à PINON dans l’Aisne. Il va nous faire rencontrer quelques habitants du coin, ses voisins.

Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

Y’a tellement personne ! (extrait)

Les différentes séquences de l’émission

Partie 1ère : La France s’en va en friche, et les Français s’en fichent

Dans l’Aisne, le Front National est arrivé en tête dans 16 cantons sur 21, au premier tour des élections départementales. Le Conseil général de l’Aisne est encore à majorité socialiste, présidé par Yves Daudigny, également sénateur. À Pinon c’est 40,74% des voix qu’a obtenu le Front National au premier tour. Cette petite ville de 1 800 habitants a longtemps vécu de la métallurgie de l’aluminium, avec plus de mille ouvriers répartis dans deux usines. Mais l’une des deux a fermé en 2014, laissant sur le carreau les derniers salariés, l’autre s’apprête à mettre la clef sous la porte.


Partie 2 : Françoise et Bernard, 50 ans de mariage

Bernard travaillait l’aluminum à l’usine. Françoise, elle, a été employée à la cantine du collège d’à côté, avant de s’occuper de leurs quatre enfants. Il touche maintenant une retraite de 1 400 €, elle perçoit seulement 690 €, à laquelle s’ajoutent les 800 € de l’allocation aux adultes handicapés. Heureusement la maison est à eux, achetée en 1971, six ans après leur mariage, à l’époque où ils étaient encore nombreux à vivre de la métallurgie. L’année dernière, l’un de leurs deux fils a été licencié suite à la fermeture de l’usine Hydro Aluminium.

JPEG - 33.2 ko
En 2014, les salariés d’Hydro Aluminium manifestaient contre la fermeture de leur usine (photo : Stéphanie Polonio Aubry)

Partie 3 : Henriette, crevée à en avoir travaillé

Henriette ne croit plus en la gauche, ni en la droite. Elle ne vote plus. Pas pour le Front National non plus. De toute façon elle ne peut plus aller voter, elle ne peut plus marcher, à 86 ans. Son premier mari est mort à 29 ans, emporté par la tuberculose. Le second, un travailleur, elle l’a trouvé à l’usine. C’était un Marocain. « Il vaut bien un Français ! », elle leur disait aux gens qui appelait ses enfants les "bougnoules".


Partie 4 : l’UMP a disparu de la circulation

À Pinon c’est l’heure de recoller les affiches sur les panneaux électoraux, pour rappeler aux électeurs qu’il y a un second tour pour les élections. On peut même se permettre de coller des affiches sur celles de l’UMP, éliminé au premier tour. Seules restent les affiches des candidats FN et PS. Sur les 21 cantons du département, 16 ont placé en tête des candidats FN. Le PS a obtenu le plus grand nombre de voix dans deux cantons seulement. Alors ça vaut bien le coup de recoller quelques affiches, au cas où ça rappellerait à certains qu’ils peuvent aller voter.

Merci à François Muller, Nina, Henriette, Françoise et Bernard.


Programmation musicale :
- Le cimetière de campagne, par Reynaldo Hahn
- Rien ne change, par Psykick Lyrikah

Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Anaëlle VERZAUX
Présentation : Daniel MERMET
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Réalisation : JC
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 60 €. Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
-  les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
-  ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Vierzon

    Mardi 4 octobre, à 19 heures, le café repaire de Vierzon accueillera Marie-Josèphe Bonnet. Cette historienne, figure du mouvement féministe et homosexuel, pose aujourd’hui la question : où sont passés les rebelles ? Auteur de nombreux ouvrages, Marie-Josèphe Bonnet, qui a milité dans le Mouvement de (...)

  • Angers

    Mardi 4 octobre, rendez-vous au bar Challenge à 19h30 pour organiser la résistance sur tous les fronts. Au programme : – organisation du passage et de l’accueil à Angers le mercredi 12 octobre de la Caravane Solidaire avec la Grèce. – présentation et renforcement du mouvement Nuit Debout – (...)

    Angers

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis