LÀ-BAS Hebdo n°10, première partie

Monique, du courage pour chaque jour Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

JPEG - 48.8 ko
(photo : La Voix du Nord)

LÀ-BAS Hebdo n°10, première partie.
Bientôt ils seront en haut de l’affiche, au festival d’Avignon, sur toutes les radios, à la télévision, y’a pas de raison ! « Les gueules cassées montent sur les planches » : le présentateur les présentera comme ça, les "gueules cassées", les "cas sociaux" de Sallaumines. Et sur une carte de France, on montrera Sallaumines, dans le Pas-de-Calais, l’ancien pays minier dévasté, en friche, abandonné, sans avenir.

Et là on entendra un éclat de rire. Un éclat de rire de Maurice, d’Annick, de Martine, de Marie-France, de Louise, de Françoise, de l’un des comédiens, de l’une des artistes. Et le journaliste leur fera raconter leur histoire : « On était des ombres, des cas sociaux, des gens que les autres ne regardent pas. Alors on s’est fait voir, on a raconté notre propre histoire, on est monté sur les planches. » Et le présentateur racontera comment ces gens-là, adultes handicapés, allocataires du minimum vieillesse, ont joué la vie malgré tout. Une formidable envie de vie. Y’a pas de raison !

Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.

Monique, du courage pour... (extrait)

Montrer aux uns comment vivent les autres, c’est le rôle des médias, le boulot des journalistes. Écouter les inaudibles, comment ils résistent, comment ils existent, mettre en lumière ceux qui disent « nous étions des ombres ». Et peut-être, alors, le résultat des élections départementales dimanche serait différent. Parce que des années de mépris, d’oubli, d’humiliation finissent par peser. Dimanche dernier à Sallaumines, le Front National a obtenu 41,87% des voix, le Front de gauche 27,64%, avec 54% d’abstention. Cela aurait peut-être été différent. Y’a pas de raison.

Parmi les rires qu’on entendra dans cette émission, qui – n’en doutons pas – un beau jour existera, il y aura celui de Monique, qu’on avait rencontrée en juin dernier à la Maison de la Citoyenneté de Sallaumines. Monique, une formidable envie de vie, Monique, du courage pour chaque jour.


Partie 1ère : vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


Partie 2 : Sallaumines, ville "d’échanges et de communication"

Sallaumines, Nord-Pas-de-Calais. Une petite ville de l’ancien bassin minier où les gueules noires ont laissé la place, avec la fermeture des mines, à des précaires, des chômeurs, des allocataires du RSA. Monique organise des activités pour les personnes en difficulté à la Maison de la Citoyenneté. Militante au Parti Communiste, elle redoute le score élevé annoncé pour le Front National.

JPEG - 223.2 ko
La fosse 5 de Sallaumines dans les années 1970

Partie 3 : « On guérit pas de son enfance »

Monique s’occupe de la Maison de la Citoyenneté depuis six ans, « pour redonner ce qu’on a fait pour elle. » Monique a toujours habité Sallaumines, elle habite encore dans les corons. Ses grand-parents, Slovènes, sont arrivés en 1923 dans le nord de la France, sa mère travaillait à la fosse. Depuis la fermeture des mines il y a 25 ans, le chômage ne cesse d’augmenter dans le Pas-de-Calais, laissant dans une misère sociale de nombreuses personnes habituées au paternalisme des Houillères, à laquelle l’État n’a pas succédé.


Partie 4 : « Je voterai pour les personnes qu’il faut »

À l’approche des élections départementales, Monique tracte dans le quartier de la Fosse 4. Ce quartier tire son nom du puits n°4 de la Compagnie des mines de Courrières, là où eut lieu la catastrophe dite "de Courrières". Ce 10 mars 1906, 1 099 mineurs sont tués par le coup de grisou, certains survivants restent coincés trois semaines dans les galeries éboulées avant de remonter à la surface, les mineurs entament alors une grève de 51 jours, qui aboutit notamment à l’instauration du repos hebdomadaire.

JPEG - 2.6 Mo
La "catastrophe de Courrières" en mars 1906 a fait plus de 1000 morts

Merci à Monique Mahieu, Maurice et Mauricette, Annick, Martine, Marie-France, Louise, Françoise et toute la bande.

Rendez-vous demain pour la seconde partie de LÀ-BAS Hebdo n°10, avec un reportage de Gaylord VAN WYMEERSCH sur la lutte des salariés de Radio France.


Programmation musicale :
- Perds pas l’Nord, par Raoul de Godewarsvelde
- El pinsionnée, par Renaud
- Une pipe à Pépé, par Henri Tachan

À écouter :
- Le théâtre comme si c’était moi, un reportage d’Anaëlle Verzaux dans Là-bas si j’y suis du 25 juin 2014

Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Anaëlle VERZAUX
Présentation : Daniel MERMET
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAULT
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.