Bonjour la sous-France

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : Pierre-Henry Muller, www.boreally.org)

On s’étonne, on panique, on s’indigne, la marée noire a encore monté. C’était quelques tâches puis quelques nappes, aujourd’hui c’est jusqu’au cou. Pourquoi ?

Trente ans de mépris, trente ans d’abandon, trente ans de trahison. Du haut des hauts plateaux de télévisions les experts invoquent des causes et des raisons. Depuis 2008, 300 usines ferment chaque année en France. 150 000 usines en friche dans le pays. Et des femmes et des hommes aussi, méprisés, abandonnés, trahis.

Marine s’est contentée de voler le constat et le discours de la gauche critique pour les mettre dans la vitrine de sa vieille boutique xénophobe. Et ça marche. Bien mieux que le train que nous prenons aujourd’hui entre Givet et Charleville, dans les Ardennes, dans cette France en friche, cette SOUS FRANCE.

Seule tâche de couleur, une affiche de Marine Le Pen sur un mur de briques noires.

Reportage : Gaylord Van Wymeersch

Programmation musicale :
- La machine à broyer, par Place des Arts
- La machine zoo, par Le Manifeste Zaarma

À lire :

Jaurès dans les Ardennes

, un livre de Didier Bigorgne (2014, éditions Privat)

À voir :

Silence dans la vallée

, un documentaire de Marcel Trillat (2007, 1h22, produit par la Compagnie des Phares et Balises)

À noter :
Rendez-vous lundi 2 juin 2014 à 15h, pour une émission en direct et en public du théâtre du Rond-Point, autour de la grande enquête menée par Radio France :

"Pour qui pour quoi risquer ou donner sa vie aujourd’hui ?"

Plus d’infos et réservation sur espacepublic.radiofrance.fr >>>>>> Lundi 2 juin 2014, Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.