Cocorico Toyota !

Le , par L’équipe de Là-bas

Eh oui, Toyota est fantastique ! Alors que Renault perd 24% et PSA 36%, à Valenciennes Toyota tourne à plein régime. C’est même la fête pour le lancement du modèle "Origine France" qui va être exporté vers les Etats-Unis. Tout le monde est content, de monsieur Borloo à monsieur Montebourg en passant par la direction de Toyota France, chacun se réjouit.

Implanté depuis 2001 à Onnaing près de Valenciennes (Nord) depuis 2001, Toyota c’est 4.000 emplois pour 270.000 voitures par an. Pour cette région durement éprouvée, Toyota a été une aubaine et aujourd’hui une réussite. Les journalistes ne dissimulent pas leur enthousiasme. C’est d’ailleurs peut-être ce qui les différencie des salariés. Car cette réussite a un prix. Depuis le début de l’année, le groupe produit autant avec deux équipes qu’avec trois, grâce à "l’overtime", grâce au "lean management", grâce au TPS, le système de production de Toyota qui repose sur deux piliers que sont le "just in time" (juste à temps) et le "jidoka"... C’est-à-dire le toyotisme.

Une occasion, après Valenciennes, de retourner au Japon, à Toyota, berceau du toyotisme et de retrouver Satoshi Kamata, l’auteur de "Toyota, l’usine du désespoir". Oui, Toyota est fantastique, mais à quel prix. Mais comme dit un journaliste économiste : "Abnégation et flexibilité sont les ingrédients obligés".

Reportage Gaylord Van Wymeersch
France Inter, 15h

Photo :

Publicité Toyota pour la nouvelle Yaris

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • La violence s’exerce tous azimuts. Entre les États, les peuples ou les communautés bien sûr, mais aussi dans tous les rapports humains et sociaux : dans le monde du travail, dans celui des médias, de l’éducation, du sport, de la famille… Histoire de domination sociale diront les uns, histoire de nature (...)

    Angers

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.