La fabrique du terrorisme

Le , par L’équipe de Là-bas

Barack Obama l’a toujours dit et redit : "Guantánamo est inefficace et ruine l’image de notre pays". Encore le 30 avril dernier : "Guantánamo coûte cher, c’est un outil de ...recrutement pour les terroristes, il faut fermer Guantánamo."

Ils sont encore 166 dans cet enfer de torture et d’arbitraire. Aucun n’a été jugé. Selon l’administration américaine, 55 sont immédiatement libérables. Depuis le 6 février, les détenus sont en grève de la faim. 44 sont nourris de force.

Les plupart des médias, les Nations-Unies, comme toutes les ONG de défense des Droits de l’homme dénoncent ce monstrueux cauchemar. Un échec complet dans "la guerre contre le terrorisme" lancée par l’administration Bush. Dans ce réseau, dans la prison de Bagram en Afghanistan et des centres de détention à travers le monde. En 10 ans, quelques 70.000 personnes se sont retrouvées prises de façon arbitraire dans les filets de ce réseau.

Reportage Anaëlle Verzaux,

Traduction Laura Raim.

Photo : Manifestation pour la fermeture de Guantánamo à Trafalgar Square, Londres, octobre 2011

Remerciements :

- Omar Deghayes et Tamer Zaki

- Mourad Benchellali et Nizar Sassi

- John MacArthur, Patrick Baudoin, Bill Van Auken, Joseph Breham, Cori Crider, et Polly Rossdale

- David Remes

- Jean Guinel, Raphaël Ramos, Serge Halimi, David Di Nota, François Cusset et Frédéric Lordon

Programmation musicale :

- Médine : Guantanamo

- Ani Difranco : "Self evident"

Extrait de documentaire :

- UK’s channel 4 "Guantanamo Handbook" documentary

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.