Printemps érable (II) : La grève est étudiante, la lutte est populaire !

Le , par L’équipe de Là-bas

"Nous sommes arrivés à ce qui commence." Tôt ou tard, au petit matin ou très tard dans un bar, inévitablement on vous citera la phrase du poète québécois Gaston Miron. "Nous sommes arrivés à ce qui commence."

Cela donne une petite idée de l’effervescence joyeuse, fiévreuse, de l’étonnant réveil, de la prise et même de la surprise de conscience qui a saisi ce Québec si tranquille, si consensuel, si pragmatique, si résigné et un tout petit peu ennuyeux.

Hier, jeudi, après des semaines de lutte acharnée, les négociations qui avaient lieu à Québec entre les étudiants et le gouvernement ont échoué. C’est à nouveau l’impasse, la mobilisation a repris de plus belle.

Un phénomène sans précédent sur le continent depuis les grandes mobilisations pour les droits civiques dans les années 1960.

Selon le Guardian, le journal britannique, "les étudiants sont devenus le symbole de la plus puissante remise en question du néo-libéralisme". D’autant que le gouvernement refuse de concéder quelques centaines d’euros par an pour l’enseignement, alors que les scandales éclatent ; des scandales qui mettent en cause le parti du Premier Ministre, des membres de son gouvernements, ses proches. Et les enquêtes se rapprochent dangereusement de sa propre personne.

Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil.

Programmation musicale :

- Loco Loccas : "Libérez-nous des libéraux"
- J.-F. Lessard : "Mr L’Président"
- SnK-47 : "Les Contribuables"

Cliquez ici pour voir la vidéo d’Anonymous

Écouter l'émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.