Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale [RADIO 34’27 + extrait VIDÉO]

PRISON DE FRESNES, T’ES MOINS QU’UN RAT Abonnés

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants. L’horreur carcérale revient régulièrement à la une, 31 prisons ont été condamnées par la justice française et 17 fois par la Cour européenne des droits de l’homme (source : Observatoire International des Prisons)

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

Une ancienne ministre de la Justice disait : « nos prisons sont pleines, mais elles sont vides de sens. »

Un entretien de Daniel MERMET et Thibaut CAVAILLÈS.

Avec plus de 69 000 détenus (pour 58 000 places), la France est à un niveau historique Au moins le pouvoir socialiste aura réussi à remplir les prisons. Monsieur Valls a même prévu la construction de 33 nouvelles prisons. Monsieur Valls sait bien que la prison est l’école du crime, la pire fabrique de la violence, 61% des détenus sont ré-incarcérés dans les cinq ans, alors que, selon le ministère de la Justice, les sanctions « non carcérales » ont un taux de récidive de 32%, soit moitié moins.

Au moment où la France emprisonne davantage, d’autres pays font dans la décroissance carcérale, en Irlande, Allemagne, Finlande, Pays-Bas et même aux États-Unis, on commence à réduire pour deux raisons : ça coûte trop cher et ça encourage la récidive. " Un moyen onéreux de rendre les délinquants encore plus délinquants "

Mais avant tout, les prisons sont les prisons de la misère

En France, selon le ministère de la Justice, huit hommes sur dix, soit 80% des incarcérés, présentent des troubles psychiatriques ou des problèmes d’addiction ; chez les jeunes, 80% n’ont aucun diplôme et 40% sont illettrés, les suicides sont dix fois plus nombreux que dans la population générale.

Le sort des surveillants n’est pas plus enviable, la violence est permanent. À Fresnes, on compte un surveillant pour 120 détenus, 70% seraient des stagiaires, leur nombre n’a pas augmenté alors que Fresnes compte 2 474 détenus pour 1 226 places.

Depuis longtemps, toutes les études amènent aux mêmes conclusions : la prison ne diminue pas le taux de criminalité, la prison provoque la récidive, c’est la fabrique de la délinquance, elle précipite les familles des détenus dans la galère. « Ouvrez une école, vous fermez une prison », disait déjà notre Victor Hugo. Au contraire, avec leur affligeante stratégie électoraliste, Monsieur Valls et le pouvoir socialiste ont préféré la démagogie carcérale. « Quand ils sont dedans, ils ne sont pas dehors », comme dit le très droitier Monsieur Éric Ciotti.

De peur de passer pour « laxiste », ils ont fait une politique sans rapport avec l’évolution de la criminalité, qui est stable, voire même en diminution. Mais on connaît les vieilles ficelles : en période d’accroissement des inégalités économiques et de montée de l’insécurité sociale, la fabrication de boucs émissaires tels que l’immigration ou la petite délinquance permet de masquer la question sociale et la demande de justice.

Les différentes séquences de l’émission :

Merci à Adeline HAZAN et Yoan KARAR.

Programmation musicale :
- La Brigade : Zonzon
- La Rumeur : Le Dortoir Des Grands

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journalistes : Daniel MERMET et Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Khỏi NGUYEN
montage : Grégory SALOMONOVITCH
vidéo : Cécile FREY et Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection :

Christine et Tami Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Christine et Tami vont bientôt se fiancer. On ne vous dit pas comment sera la robe de Christine, c’est une surprise. En somme une histoire d’amour normale. Ou presque. Handicapés, oui mais ça c’est dans le regard des autres.

Un reportage d’Anaëlle Verzaux

Les pigeons font du vélo. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS Un jour dans la vie d’un livreur à vélo AbonnésÉcouter

Le

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?