La Coupe est pleine ! (5)

Le

(photo : Daniel Mermet)

Un meurtre ordinaire à Rio

Mateo, 15 ans, a été tué le 11 juin par la police militaire. Avec lui un autre adolescent de son âge a été laissé pour mort dans les fourrés entre deux favelas. Il a fini par être sauvé par des habitants du voisinage, et il a raconté le meurtre de l’autre jeune et où était le corps.

Écouter l'émission

Une bavure ordinaire à Rio. 4 700 homicides en 2013. En dix ans la police a tué plus de 10 000 personnes dans les favelas. Au total, au Brésil, on compte plus de 50 000 homicides par an, 57 000 en 2012. Depuis 2 000, en treize ans, 600 000 Brésiliens ont été victimes d’homicides. C’est une guerre sociale, une guerre contre les gangs, mais une guerre contre les pauvres. Si, en effet, des millions de pauvres sont sortis de la pauvreté au Brésil, les riches se sont enrichis comme jamais et l’injustice sociale est l’une des plus grandes au monde. Cette violence entraîne les autres violences. Avec au bout, la mort de Mateo. Au bout du fusil. Dans la houle de la foule fascinée par le foot, la mort de Mateo ne fait pas de vagues.

Pour la Fifa et toute l’industrie touristique, il faut coûte que coûte assurer la sécurité du touriste supporter, contre les bandits des favelas. D’où un déploiement impressionnant de policiers et de militaires. Selon les témoins, les images de la caméra embarquée dans la voiture des policiers montrent comment les deux adolescents furent simplement abattus. Les deux flics ont été arrêtés. Dans la favela, le cortège silencieux suit le cercueil de l’adolescent tué. On entend juste les télés et le bruit du foot. Mais la guerre continue.

Reportage : Antoine Chao et Daniel Mermet

Traduction : Anne Vigna

Montage : Giv Anquetil

 [1] musicale :
Jonathan II, par Dennis DJ
Caso de Polícia, par Rappin’ Hood
Follow me follow me, par Black Alien, Tejo et Speed

À lire :
Gilberto Gil : l’enchanteur tropical, un livre de Ricardo PESSANHA & Carla Cintia CONTEIRO, préface de Pierre BAROUH (2014, éditions Demi-Lune)

À voir :
Pacifier Rio, un documentaire de Gonzalo Arijon (2013, 78 min, produit par ARTE France et Pumpernickel Films)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Notes

[1Programmation

[2Programmation

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection :

Christine et Tami Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Christine et Tami vont bientôt se fiancer. On ne vous dit pas comment sera la robe de Christine, c’est une surprise. En somme une histoire d’amour normale. Ou presque. Handicapés, oui mais ça c’est dans le regard des autres.

Les pigeons font du vélo. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS Un jour dans la vie d’un livreur à vélo AbonnésÉcouter

Le

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?