Rotary, qui sert le mieux profite le plus (3)

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : Charlotte Perry)

Au Golf bordelais, dans la banlieue chic de Bordeaux, c’est le grand jour pour la 14ème édition de la « Rotary Golf Cup » ! Les membres du Rotary Aquitaine-Charente revêtent bermudas, polos et gants pour un grand tournoi de golf, au profit de l’association « Parent’R’aide Cancer », qui aide les familles d’enfants malades du cancer.
« Le plaisir de jouer avec des amis et de participer à une œuvre caritative » : voilà ce qui motive les Rotariens à sortir bois, fers et putters, même si on ne sait pas forcément au profit de quelle cause on s’engage, car chaque année la cause est différente... Mais l’important est de payer le ticket d’inscription, qui reviendra à l’association, et qui permet de faire une bonne action entre soi, autour de bons crus et des meilleurs trous.

Troisième volet d’un reportage de Charlotte Perry

Programmation musicale :
- Un monde à changer, par l’association Cé Ke Du Bonheur
- Les Relations mondaines, par Charles Trenet
- Osons la charité, par la Journée Mondiale de l’Hémophilie 2014
- We are the world, par USA for Africa

À lire :
- 

Les ghettos du gotha

, de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (2007, éditions du Seuil)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !