Il est gentil Monsieur Dassault

Le , par L’équipe de Là-bas

La gentillesse, c’est mon défaut. Il l’avoue, Serge Dassault, le cœur sur la main, le chéquier dans l’autre, il ne pense qu’à aider les braves gens de Corbeil-Essonnes, les jeunes surtout, ceux des quartiers sensibles. Trop sensibles sans doute car, comme le dit un habitant, "l’argent de Dassault a tout pourri".

On peut voir là un épisode violent de la lutte des classes entre un puissant milliardaire et un peuple en galère. Avec une redistribution primitive du capital par le chantage et l’extorsion. Juste retour des choses, la fortune des Dassault s’est entièrement développée sur des commandes publiques. Le Rafale, dont aucun exemplaire n’ a été vendu à l’étranger, a coûté 40 milliards d’euros à l’État. Normal que Monsieur Dassault en donne quelques miettes à ses braves gens. Sans aucun clientélisme naturellement. Alors qu’est-ce qu’on dit ? Merci Monsieur Dassault, moi je voterai pour vous !

Reportage : Anaëlle Verzaux

Programmation musicale :
- Love Theme (bande originale du "Parrain"), par Nino Rota
- Corruption, par Les Rieurs
- Le coffre-fort ne suivra pas le corbillard, par La Rumeur

Rendez-vous lundi prochain à 15 heures pour écouter le second volet de ce reportage.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.