Les Seigneurs de la Terre

Le , par L’équipe de Là-bas

"Nous savons bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens". Depuis 1997, la phrase de Mandela est gravée dans le coeur des Palestiniens et sa mort a suscité une profonde émotion dans cette peau de chagrin qu’on appelle Palestine. Du fond de sa prison en Israël, Marwan Barghouti, le "Mandela palestinien", a lancé hier "L’apartheid ne l’a pas emporté en Afrique du Sud, il ne l’emportera pas en Palestine". Aujourd’hui nous rencontrons la grande historienne israélienne IDITH ZERTAL qui publie

LES SEIGNEURS DE LA TERRE

, une histoire de la colonisation israélienne des territoires occupés. Depuis 1967, en violation du droit et des lois, la colonisation rend la paix impossible et constitue la source empoisonnée de nombreux conflits, de violences et de souffrances à travers le monde.

Un entretien de Daniel Mermet.

À lire :
Les Seigneurs de la Terre, d’Idith Zertal et Akiva Eldar (2013, aux éditions du Seuil)

Programmation musicale :
- Yevonim (Hannukah), par Frank London
- Nafad al-Ahwal, par Kamilya Jubran

À voir :
The Gatekeepers, un documentaire de Dror Moreh (Les Films du Poisson, 2012, 95 min)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !