Mon Amérique à moi

Le , par L’équipe de Là-bas

Un siècle d’Amérique dans la chanson française

Plus de 5 000 fois en 25 ans vous avez entendu démarrer la moto de Là-bas, mais JAMAIS PERSONNE N’AVAIT VU LA PHOTO ! Eh oui, amis écolos, anticapitalistes, vieux gaullistes, anti-atlantistes de tout poil, nous sommes obligés de reconnaître que nous sommes influencés par la propagande américaine. Que ça nous plaise ou non, une propagande par le charme et par le rêve, mais une propagande très efficace, depuis un siècle, depuis que l’Amérique a décidé de rentrer en guerre en 1917. Aujourd’hui la preuve par la chanson française qui au cours du XXème siècle a reflété aussi bien le rejet que l’admiration pour "l’Amérique".

Programmation musicale :

- Mon Amérique à moi, par Johnny Hallyday

- Ah ! La musique américaine, par Mayol

- Le Dollar, par Gilles et Julien

- Où est-il donc ?, par Fréhel

- Le rythme américain, par Lily Fayol

- Dans les plaines du Far West, par Yves Montand

- Le petit train du Far West, par Jacques Hélian

- Les Ricains en Amérique, anonyme (album "Chants staliniens de France")

- Ça bardait, par Eddie Constantine

- New-York USA, par Serge Gainsbourg

- L’Amérique, par France Gall

- Le folklore américain, par Sheila

- Les ricains, par Michel Sardou

- Nashville, par Eddy Mitchell

- L’Américano, par Akhenaton

- C’était menti, par Alain Souchon

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.