Eloge de la désobéissance

Le , par L’équipe de Là-bas

« Selbsdenken », penser par soi-même, un mot qui peut illustrer une des grandes controverse du XXème siècle autour de la thèse de Hannah Arendt, « la banalité du mal ». Au moment où sort le film de Margarate von Trotta sur Hannah Arendt et où Claude Lanzman présente son dernier film « Le dernier des injustes », nous revenons en 1999 avec Rony Brauman et Eyal Sivan au moment de la sortie de leur film « Un spécialiste, portrait d’un assassin moderne », un documentaire construit sur les 350 heures filmées lors du procès d’Adolphe Eichmann en 1961, vues à travers l’analyse qu’en fit Hannah Arendt dans « Eichmann à Jérusalem, rapport sur la banalité du mal ».

Le livre allait déclencher une très violente controverse et des attaques contre son auteure. En effet pour Arendt, Eichmann n’est ni un monstre, ni un fanatique, ni un imbécile, c’est un fonctionnaire ambitieux et zélé, soumis à l’autorité qui a renoncé aux facultés proprement humaines de penser et de juger par soi-même, ce qui ne l’innocente nullement, bien au contraire, pour Hannah Arendt c’est en cela qu’il est condamnable.
Aujourd’hui reste la question essentielle, le risque de la soumission à l’autorité, notre peur de penser, notre peur de désobéir, bref, une heure en forme d’éloge de la désobéissance.

Entretien Daniel Mermet avec Rony Brauman et Eyal Sivan

Illustration :

Adolf Eichmann lors de son procès à Jérusalem en 1961.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !