De l’argent il y en a (II)

Le , par L’équipe de Là-bas

600 milliards manquent à la France. C’est ce qu’affirme Antoine Peillon dans son enquête sur l’évasion fiscale. 10% du patrimoine des Français est ainsi caché dans des paradis fiscaux. "Les paradis fiscaux c’est fini ! " Nicolas Sarkozy l’a dit et répété. Mais notre Pinochio ne fait plus rire, il va sortir de scène sous les sifflets. Les paradis fiscaux sont toujours là et l’évasion fiscale continue. Selon le Comité catholique de lutte contre la faim, c’est plus de 20 milliards qui échappent annuellement au budget de l’Etat. Le gouvernement américain est parti en guerre contre les fraudeurs. En France, toutes les informations sont réunies sur cette délinquance en col blanc "en bande organisée". Mais pourquoi une telle omerta judiciaire ? Face aux plans de rigueurs et aux mesures d’austerité, la question mérite d’être posée.

Pourtant, chaque année, à cause des paradis fiscaux, l’Etat perd 30 milliards d’euros, deux fois le déficit de la sécurité sociale.

Entretien Daniel Mermet.

Programmation musicale :

- Zaragraf : "Les francs ch"
- Thomas Pontier : "La complainte du banquier"

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

Daniel Mermet reçoit Mickaël Wamen, Romain Altmann, Gaël Quirante et Griselda Michel Samedi 22 avril : premier tour social ! Voir

Le

Plusieurs syndicats, collectifs et associations lance un appel pour un rendez-vous inédit le 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle. Objectif : porter les luttes, les exigences sociales et inviter les salariés à une manifestation nationale à Paris en prenant la rue Place de la République à 14 heures.