Taux d'intérêt négatifs : quand la finance marche sur la tête - commentaires Taux d'intérêt négatifs : quand la finance marche sur la tête 2019-11-27T13:26:12Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/taux-d-interet-negatifs-quand-la-finance-marche-sur-la-tete#comment83959 2019-11-27T13:26:12Z <p>Merci !<br class="autobr" /> ça rend plus intelligent !<br class="autobr" /> Et ,je pense,meilleur citoyen ...</p> Taux d'intérêt négatifs : quand la finance marche sur la tête 2019-11-26T08:10:35Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/taux-d-interet-negatifs-quand-la-finance-marche-sur-la-tete#comment83935 2019-11-26T08:10:35Z <p>Cela me fait penser au syndrome de Dieu (pas que les médecins, chaque citoyens, chaque êtres humains). L'homme est à l'image de Dieu, à l'image du créateur...donc l'homme est Dieu et dispose du vivant : chaque être vivant lui appartient, chaque être vivant qui n'est ni utile, ni "rentable" est donc un nuisible (d'où la disparition des espèces passé et futur) jusqu'au vivant qui se "privatise" et devient la propriété d'entités économiques, financières, industrielles. La prochaine crise se prépare déjà.<br class="autobr" /> je voulais intégrer cette vidéo de No one is innocent "A la gloire du marché" :</p> Taux d'intérêt négatifs : quand la finance marche sur la tête 2019-11-25T18:30:46Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/taux-d-interet-negatifs-quand-la-finance-marche-sur-la-tete#comment83927 2019-11-25T18:30:46Z <p>Imaginons un instant que tous les mythes vendus par le capitalisme néo-libéral se trouvent face à l'incohérence de la croissance illimitée, inéluctablement contrariés par la physique d'un monde fini et en crise profonde de confiance avec les peuples. Une crise énergétique par épuisement due à une gabegie sans nom sur plus d'un siècle, une perspective climatique inquiétante accompagnée d'une érosion du vivant sans précédent du temps des humains. Un délabrement des sols et des eaux générant sans doute des marqueurs pathogènes sur notre patrimoine génétique.<br class="autobr" /> Imaginons que tous les bonimenteurs financiers, politiques, industriels finissent par admettre que la fête pourrait être finie de façon imminente, eux qui nous ont vendu un monde merveilleux bien que fantasmé, décident que le crédit lui-même est mort dans sa dimension de confiance et que tout risque de s'écrouler, qu'il leur reste à s'approprier dans l'urgence ce qui peut encore l'être, ils n'auraient qu'à faire profiter d'un crédit réservé à des conditions sans pareilles à leurs intérêts.<br class="autobr" /> Facile puisqu'ils pensent avoir divisé les peuples pour qu'ils s'entre déchirent entre minorités religieuses, ethniques, sexuelles et autres et qu'ils les prennent pour des cons.<br class="autobr" /> Mais j'imagine des trucs...</p>