Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » - commentaires Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-12-11T18:20:28Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment84325 2019-12-11T18:20:28Z <p>Merci à Gérard Mordillat et Bertrand Rothé d'avoir répondu sur la non présence de Bernard Friot dans la série.<br class='autobr' /> Mais je ne comprends pas pourquoi, en guise de conclusion ou de piste à suivre, ils ne pouvaient pas parler des alternatives possibles ou utopiques au Capitalisme. Le système économique de Bernard Friot (pas si utopique celui-là, puisqu'il existe déjà - peut-être plus pour longtemps - à une grande échelle) est l'un de ceux qui serait à retenir quand, après le gros merdier qui s'annonce, il faudra reconstruire la civilisation. Les profiteurs qui nous ont mis dans la merde depuis des siècles se sentiront peut-être aussi coupables que ceux qui avaient joyeusement collaboré pendant la dernière mondiale. Ils n'avaient pas encore repris du poil de la bête et n'avaient pas pu tuer dans l'œuf la Sécurité Sociale de Croizat.<br class='autobr' /> On pourrait alors reconstruire des institutions qui anticiperaient leur réveil et les empêcheraient de remettre, plus tard, leurs grosses pattes sur le bien commun...</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-11-25T16:51:35Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83922 2019-11-25T16:51:35Z <p>Bernard Friot développe une pensée originale et tout à fait singulière, ce qui pose un problème dans le type de travail que nous faisons, où tout n'est que délicates balances entre les pensées et les analyses. Si Bernard Friot avait été dans la série, cela aurait induit que tous les autres chercheurs se positionnent par rapport à lui et la série serait devenue une série sur Bernard Friot.</p> <p>Avec Jérôme Prieur, lorsque nous avons tourné <i>Jésus et l'islam</i>, nous avons été confrontés au même problème avec Christoph Luxenberg, qui défend l'idée que le Coran ne serait que l'adaptation d'un lectionnaire chrétien. Idée très radicale et provocatrice. Nous n'avons pas tourné avec Luxenberg pour les mêmes raisons que nous n'avons pas proposé à Bernard Friot d'en être. Nous ne faisions pas une série sur Luxenberg même si son travail mérite d'être discuté comme celui de Bernard Friot. Et si notre travail suscite force réflexions et stimule les admirateurs de Bernard Friot, nous en sommes heureux. En faisant <i>Travail, salaire, profit</i>, nous savions que nous ferions d'immenses impasses, eh bien ces impasses, ces trous noirs de l'économie sont ceux que nous invitons tous les spectateurs à explorer.</p> <p><strong>Gérard Mordillat</strong> et <strong>Bertrand Rothé</strong></p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-29T18:28:16Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83364 2019-10-29T18:28:16Z <p>Suite à la lecture des commentaires, à quand l'analyse de la série et de la thèse qu'elle défend par B.Friot ? Ce serait passionnant ! <br class='autobr' /> Svp @labas @daniel @jonathan</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-21T08:54:10Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83222 2019-10-21T08:54:10Z <p>Pourquoi cette mise en doute sous-jacente de l'honnêteté intellectuelle des auteurs ? Cette série documentaire passionnante ne se prétend pas LA vérité, elle défend un point de vue (c'est d'ailleurs bien précisé en fin d'interview par Gérard Mordillat ), et elle n'est pas non plus un débat/confrontation d'experts, aucune raison donc d'y trouver Bernard Friot qui défend un autre conception. Ces spécialistes concourent à faire jaillir des lumières dans nos cerveaux et à étayer scientifiquement ce que nous pressentons quotidiennement (et ce n'est pas le moindre des intérêts) A nous d'avoir la curiosité intellectuelle, d'ouvrir notre champ de vision, ....et agir en toute conscience</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-20T19:38:12Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83216 2019-10-20T19:38:12Z <p>On avance dans un tuyau qui se rétrécit de plus en plus au fur et à mesure de sa croissance. D'où la fin logique des idéologies politiques et la mise au pouvoir des amis de la finance comme Macron. <br class='autobr' /> Comment fait-on pour modifier les structures et faire dégager les actionnaires et les politiques à leur botte sans tout casser ? Le rêve de G.Mordillat de réduire le temps de travail et autre idée généreuse c'est le temps d'après . Je suis sure que nous avons tous des milliers d'idées pour l'après. Mais le tuyau va finir par se boucher</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-20T14:53:49Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83210 2019-10-20T14:53:49Z <p>Ce serait intéressant de faire une étude en parallel de ce reportage sur la société BOSCH dont 90% du capital est redistribué sous forme de fondation (pas d'actionnaire). BOSCH, c'est 400000 personnes et 80 milliards de CA.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-20T13:12:04Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83205 2019-10-20T13:12:04Z <p>Comment passer 1 an à parcourir le monde pour interroger sur l'économie des soi disant scientifiques et ''oublier'' Bernard Friot qui est tout près, totalement disponible, très compétent et auteur d'analyses et de propositions extrêmement novatrices ? Incompétence ? Certainement pas. Alors...</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-19T21:20:10Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83198 2019-10-19T21:20:10Z <p>Merci également aux deux précédents commentateurs (Gilles et Patrick) ; il manque le point de vue de ceux qui considèrent les conquis salariaux comme des points d'appui pour faire reculer le capitalisme et finalement l'acculer à disparaître. La Sécurité sociale française, si on en prolonge la logique, va socialiser une part de plus en plus importante de la valeur ajoutée par le travail ; or cette valeur ajoutée ne se répartit que dans trois directions : -la rémunération des propriétaires lucratifs, -les salaires bruts, -les coûts d'investissement. Les capitalistes ont une connaissance de classe assurée et savent que les suppressions de cotisations actuelles par exemple sont une baisse du salaire brut et comme les investissements sont aussi jetés par dessus bord qui donc reste sur le bateau ? Pas de Friot mais merci quand même aux auteurs de rappeler que Macron est le disciple direct des Chicago boys, de Pinochet et de Thatcher.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-19T16:25:14Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83183 2019-10-19T16:25:14Z <p>Bonjour,<br class='autobr' /> Vingt-et-une chercheuses et chercheurs du monde entier et pas de trace de Bernard Friot...<br class='autobr' /> Comme d'autres ici, je suis assez étonné et plutôt déçu que Gérard Mordillat et Bertrand Rothé n'aient pas eu la bonne idée de convoquer son point de vue dans leur documentaire. Il me semble pourtant qu'en la matière, son travail de recherche est pour ainsi dire assez révolutionnaire. Même si le docu est tout à fait intéressant, il ne traite du salaire qu'en terme de subordination et oublie totalement les conquêtes anticapitalistes des années 1930 et 1970, à savoir le salaire à la qualification dans la fonction publique et l'institution du salaire socialisé. Bref quel dommage de ne pas avoir intégré au docu cette autre lecture de l'histoire.</p> <p>"Tant que les lapins n'auront pas d'historiens, l'histoire sera écrite par les chasseurs"...</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-19T14:55:52Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83178 2019-10-19T14:55:52Z <p>Merci Gilles,<br class='autobr' /> c'est exactement la même remarque que je me suis faite. Cherchant le moyen de contacter les auteurs ce cette belle émission pour leur demander la raison de l'absence des réflexions de Bernard FRIOT, j'ai abouti ici (je me suis même abonné pour avoir les commentaires) et hop Gilles m'avait devancé. Si je me souviens bien, Frédéric LORDON, dans "La condition anarchique", ne donne comme critique de son "système" qu'il est trop complet pour être critiqué justement.<br class='autobr' /> A bientôt.<br class='autobr' /> Patrick.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-18T12:13:23Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83128 2019-10-18T12:13:23Z <p>Allégorie<br class='autobr' /> Le chameau tourne à l'infini autour du puits du café Saf-Saf sur la place de La Marsa<br class='autobr' /> Margelle à laquelle il est attaché par un rayon de bois qui fait tourner la noria</p> <p>Yeux bandés , gueule muselée , l 'animal forçat de la soif joue son destin sur une circonférence de quarante mètres Sans espérer d'en sortir , ni de la briser .<br class='autobr' /> Pour le chameau tout est fixe , il tourne à la cadence rythmée par le bruit des godets , les grincements de la poulie , les clapotis de l'eau déversée dans le bassin .<br class='autobr' /> Il ne sait pas pourquoi et pour qui il tourne.Comme la taupe qui ne sait pas pour qui elle creuse .<br class='autobr' /> L 'histoire du chameau de La Marsa commence et s'achève à la corne de ses sabots .<br class='autobr' /> KATEB YACINE ( immense poète algérien )bon théoricien du CAPITAL conclut :<br class='autobr' /> ((Ce chameau bénéfique et son labeur ingrat font penser à la force obscure et usurpée que l'on appelle le PROLETARIAT . Les eaux de La Marsa c'est le miroir de toute aliénation universelle.<br class='autobr' /> Entre un chameau aveugle et l'apprenti sorcier qui croit le diriger j 'opte pour le chameau.<br class='autobr' /> Sans lui , pas de fontaine , pas d'eau , pas de café à La Marsa</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-17T08:35:06Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83097 2019-10-17T08:35:06Z <p>Bonjour<br class='autobr' /> Excellente émission. Avec deux remarques : <br /><img src='https://la-bas.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> la mondialisation n'est pas véritablement traitée par rapport aux analyses de Marx. Elle ne tient pas comptes des origines (textile-habillement) dans les années 1970-80, où l'on voit clairement que la lutte entre capitalistes (au niveau des branches) impulse l'exigence de renouveler le taux de profit, en délocalisant d'abord, en modernisant la filière ensuite, et en procédant enfin aux deux en même temps. Le textile-habillement a été le secteur précurseur de la mondialisation.<br class='autobr' /> Sur ce point, voir mon dernier ouvrage : "Le crépuscule du capital ou L'impérialisme du XXIème siècle" aux Editions Estaimpuis". J'avais envoyé cet ouvrage à Mermet à sa sortie en octobre 2018 ; <br /><img src='https://la-bas.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> il ne faut jamais oublier les capitalistes eux-mêmes. Il n'y a pas que les fonds de pension. Il suffit de regarder les classements de Forbes ou le classement des 100 premières fortunes françaises que je réalise chaque année pour le magazine papier "Capital". Si les capitalistes sont individuellement des supports de structures, donc théoriquement "interchangeables", les décisions du capital familial ne sont pas celles du capitalisme "financier" (même si elles obéissent aux mêmes contraintes globales de reproduction du capital). Voir le même ouvrage.<br class='autobr' /> Bonne suite<br class='autobr' /> B. Boussemart</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-17T07:03:39Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83092 2019-10-17T07:03:39Z <p>Très intéressant !<br class='autobr' /> Cependant, Bernard Friot n'apparaît nulle part dans cette série documentaire alors même qu'il apporte un point de vue vraiment original et novateur sur le salaire, le salariat, les institutions du salariat, la propriété, etc. En plus, c'est un sociologue et économiste de tradition marxiste, bien qu'il ait pris du recul vis-à-vis des textes de Marx. Il est question, dans cette série, du salariat comme une institution encadrée, emprisonnée, dominée, exploitée par le capital et dont il faut s'émanciper. Le point de vue de B. Friot est original en ce sens qu'il envisage un salariat émancipé du capital, un salariat ayant dépossédé le capital de son pouvoir sur le travail, un salariat ayant donc le pouvoir sur le travail, un salariat fonctionnant sur une base réellement démocratique pour ce qui est des décisions en matière de production, etc. Et B. Friot n'est absolument pas dans l'utopie. Il se fonde sur du déjà existant, sur des institutions qui ont déjà commencé à émanciper le salariat du capital et dans lesquelles le salariat a le pouvoir sur le travail.<br class='autobr' /> Par conséquent, je ne comprends pas bien pourquoi G. Mordillat et B. Rothé n'ont pas pensé à intégrer le point de vue de B. Fiot dans leur documentaire. N'ayant aucun moyen de les contacter pour le leur demander, j'exprime ici mon incompréhension et mon regret. En espérant que, peut-être, quelqu'un pourra leur transmettre.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T21:42:36Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83082 2019-10-16T21:42:36Z <p>Une série de documentaires passionnants<br class='autobr' /> A voir et revoir sans modération et à partager au maximum<br class='autobr' /> N'etant pas économiste ni spécialiste de ses sujets ils réussissent à faire comprendre avec des mots simples des notions qui paraissent de prime abord hyper complexes et si parfois des termes précis sont employés, et qui nous sont inconnus à nous commun des mortels, ils sont expliqués par les intervenants <br class='autobr' /> Vraiment un travail de très grande qualité et qui ouvre des perspectives à bien des égards<br class='autobr' /> Merci 👍</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T20:03:03Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83074 2019-10-16T20:03:03Z <p>Salut Jonathan. La prochaine fois, invite Bernard Friot, ou quelqu'un de réseau salariat, qui pourra donner à penser et à réfléchir plus justement sur ces sujets du travail et du salariat. Leur longue expertise sur ces thèmes est imparable.. Pourquoi pas une petite bouffe avec Bernard et Gérard..? Grosses bises à toute l'équipe. Merci d'être Là.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T14:43:46Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83066 2019-10-16T14:43:46Z <p>Dommage de ne pas avoir convoqué dans ce film, Bernard Friot, un des seuls économiste sociologue qui a une vision réellement révolutionnaire et positive du sujet. Compte tenu des défaites idéologiques que nous subissons depuis 40 ans.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T13:23:54Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83064 2019-10-16T13:23:54Z <p>Une entreprise, c'est un groupe de travailleurs associés dans un but de production, une mise en commun de forces individuelles, une solidarité (et les compromis afférents). On peut s'approprier des outils, accaparer du capital financier ou des terres, mais la volonté sociale de faire des choses ensemble tiend d'un désir libre même si le capitalisme tend par la concurrence à le décourager et à le discréditer en temps que possibilité.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T11:45:13Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83063 2019-10-16T11:45:13Z <p>On comprend pourquoi ils s'acharnent à vouloir détruire la Sécurité Sociale : c'est une épine dans le pied de ces esclavagistes. Quand la législation Accident du Travail protège ceux qui sont blessés, handicapés ou même la famille de ceux qui meurent au travail, par la faute inexcusable de l'employeur (faut il le rappeler, ce sont les termes de la loi qui existe ENCORE à ce jour, et que les macronistes sont en train de consciencieusement saboter), on mesure en quoi la disparition de cette législation arrangerait fortement les esclavagistes qui nous salarient en France...</p> <p>Relire la déclaration d'Ambroise Croizat pour bien mesurer le chemin parcouru, et les dangers qui nous menacent :<br class='autobr' /> "La sécurité sociale est la seule création de richesse sans capital. Jamais nous ne tolérerons que soit mis en péril un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès".</p> <p>Il est temps de se retrousser les manches camarades, car la Sécu, NOTRE Sécu, est aujourd'hui en grand danger. La disparition programmée, à l'horizon 2022,des Carsat (suite à la future loi sur la réforme des retraites)serait le coup de trop, le coup de grâce à qui entraînerait l'hallali, le démembrement de l'édifice complet de ce magnifique outil d'émancipation et de Progrès.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T09:33:05Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83062 2019-10-16T09:33:05Z <p>effectivement il nous faut des émissions comme celle ci pour nous donner des armes pour lutter contre ce capitalisme qui nous tue...</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-16T07:30:49Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83059 2019-10-16T07:30:49Z <p>Passionnant et éclairant, comme tout ce que produit M. Mordillat.<br class='autobr' /> Mais j'ai un peu de peine avec ce que dit M. Rothé à propos de la propriété des entreprises. Etre propriétaire d'un bien, quel qu'il soit, consiste à pouvoir en jouir de manière discrétionnaire, à pouvoir l'acheter, le vendre ou, éventuellement le détruire. Or c'est exactement ce qui se passe avec l'entreprise qu'on acquiert en achetant la majorité de son capital – concrètement, des actions – ou qu'on brade au plus offrant si les profits qu'elle génère sont insuffisants. On peut aussi la déplacer en Inde ou en Afrique pour la même raison. C'est donc un bien immatériel, indépendant des infrastructures physiques et du personnel salarié qui la fait fonctionner, mais qui reste, à mon sens, objet de propriété.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-15T21:44:44Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83057 2019-10-15T21:44:44Z <p>Jonathan paraphrasait Lordon pour dire que la RTT pouvait être "une manière d'amender le capitalisme" (je ne me rappelle plus du passage où Lordon en parle, mais passons...). Au contraire, je pense que la RTT est (peut-être) son pire ennemi. Avec la RTT, on travaille moins individuellement mais plus collectivement puisque la RTT provoque une hausse de la masse salariale. Or, la valeur d'une marchandise créée baisse ou augmente selon son coût de production. Si la masse salariale augmente, le temps de travail nécessaire à la production d'une marchandise baisse et sa valeur baisse également. Inversement, sa valeur augmente avec une masse salariale moindre contrainte de travailler plus longtemps pour produire cette marchandise. <br class='autobr' /> Dès lors, il ne faut pas s'étonner des politiques néolibérales prônant "le travailler plus" soit en contournant la durée légale du travail par toutes sortes de dérogations (forfaits jours, annualisation du temps de travail, compte épargne temps...), soit en augmentant l'âge légal de départ à la retraite par l'argument pervers : "nous devons travailler plus longtemps car nous vivons plus longtemps."</p> <p>Bref : "travailler plus" = + de chômage donc + de profits. <br class='autobr' /> La RTT empiète sur le profit. La solidité du joug salarial n'est donc pas décuplé par son expansion mondial via la RTT qui "amenderait" le capitalisme. C'est au contraire l'expansion mondiale du salariat favorisée par la RTT qui l'arrachera de son joug.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-15T16:54:54Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83055 2019-10-15T16:54:54Z <p>Je n'ai rien d'autre à rajouter. passionnante émission qui me demande réflexion, tant, tout cela, est à la fois simple, dans l' énoncé, mais complexe dans l'exploitation qui en est faite.<br class='autobr' /> Merci pour la qualité des intervenants, invités et journaliste.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-15T15:53:29Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83054 2019-10-15T15:53:29Z <p>J'ai vu toute la série sur le site d'Arte et je peux dire que ce sont les meilleures explications concernant l'économie mondiale que j'ai pu voir dans un documentaire tv. Ce sont les meilleures parce qu'elles sont accessibles à tous. En plus, si certains voulaient en savoir davantage sur la pensée économique de Marx sans jamais l'avoir lu, allez y, c'est le moment !</p> <p>C'est le genre de doc qui fait progresser et ils sont peu nombreux.</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-15T14:35:48Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83053 2019-10-15T14:35:48Z <p>j 'en reviens toujours et toujours au conflit des aides soignantes des Opalines dans le Jura qui ont fait 110 jours de grève pour obtenir des emplois supplémentaires<br class='autobr' /> Et pendant ce temps là un des actionnaires Batipart pour ne pas le nommer avait perçu en 2017 en dividendes l 'équivalent de 123 emplois . et sans réinvestir si non les Opalines n'auraient pas fait grève<br class='autobr' /> Pendant des années ceux qui nous gouvernent n 'ont cessé de mettre l'accent sur le COÛT DU TRAVAIL<br class='autobr' /> et jamais sur le COÛT DU CAPITAL Les actionnaires ont été choyés pas les salariés<br class='autobr' /> Merci à Monique Pinson-Charlot qui m'a appris beaucoup de choses</p> Le salariat, cette « gigantesque prise d'otages » 2019-10-15T14:26:36Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/le-salariat-cette-gigantesque-prise-d-otages#comment83052 2019-10-15T14:26:36Z <p>Absolument passionnant !!!!<br class='autobr' /> MERCI !</p>